Vrac 35, ça joue beaucoup

Peu de voyages à Paris ces temps-ci, un roman bien épais et c’est une période sans trop de lecture. Mais j’ai plein d’autres choses pour vous !

  • Expo/Traversées du paysage – Jean Anguera : Les expos en tant de Covid, c’est compliqué,… A Orléans, nous avons la chance de disposer d’une collégiale transformée en centre d’exposition avec une programmation qui ne m’a jamais déçue jusque là. Et celle-ci n’a pas été une première, bien au contraire avec cette découverte, pour moi, du travail de Jean Anguera. Un véritable coup de cœur pour moi (bon, ça connecte avec le Land Art et avec Stalker, donc aide aussi à me parler).
  • Jeu de société/Cartaventura Vinland : Un livre dont on est le héros transformé en jeu de société et donc jouable à plusieurs. Tout le monde a été convaincu que cela soit nous ou mes parents. C’est beau, sympa mécaniquement et ça arrive à nous transposer dans l’univers des explorateurs vikings. Une réussite immédiate et j’ai hâte de découvrir les autres jeux de la série.
  • Jeu de société/Lueur : visuellement, c’est un coup de cœur immédiat. C’est juste somptueux et l’ensemble est extrêmement cohérent. Au niveau de la partie technique malheureusement, c’est un peu plus compliqué. J’ai l’impression qu’il y a des soucis d’équilibre et de gap entre gros et petits joueurs. Mais franchement, j’ai envie de lui redonner une chance, rien que pour ses qualités graphiques.
  • Film/L’étoile de Noël : un dessin animé assez décevant,… Graphiquement, c’est basique, au nouveau de l’histoire aussi. Mais c’est beaucoup trop marqué pour moi,…
  • BD/Jeremiah 38, Tu piges? : S’il y a une série traditionnelle de BD Franco-Belge que j’apprécie, c’est bien celle-là, un de mes points d’entrée dans le post-apo. Malheureusement cet album est l’un des plus décevant. C’est du Jeremiah, c’est sûr. Mais ça correspond exactement au résumé classique des albums de cette série. Rien de plus, rien de moins (si ce n’est le scénario). Pas de surprise, pas d’élément vraiment marquant. Triste.
  • Jdr/Duck Tales : j’avais besoin d’un truc à faire jouer à mes enfants. J’ai bidouillé un truc où l’on incarne Picsou, Tagada Jones et Geo Trouvetou, un petit système de règle et un scénario basique et c’est parti. Joué à deux reprises (avec ma femme en renfort pour la première et ma mère pour la seconde) et ça a très bien marché pour des séances de 30/40 minutes. On continuera !
  • Jeu de figurines/Savage Core : mon grand veut jouer depuis un moment aux figurines, je lui avais promis qu’il pourrait. Et cela m’a semblé le jeu idéal, en simplifiant un peu dans un premier temps. Trois hommes préhistoriques pour lui, trois Guerriers jaguars (avec des figurines de guerriers africains) pour moi et ça a roulé tout seul. Là aussi, une grosse réussite.
Vrac 35, ça joue beaucoup

Vrac 34, avec un peu de Noël dedans.

Quelques petites choses dont j’ai envie de parler en cette toute fin d’année :

  • Livre/Astérix et le griffon : j’ai reçu le dernier Astérix pour Noël après avoir plusieurs fois hésité à me le prendre moi-même. Et je dois dire que j’ai été très agréablement surpris par cette lecture. L’esprit est respecté même si j’ai senti un léger changement, pas forcément en mal d’ailleurs, dans l’humour. Quand à l’histoire, elle est sympathique même si j’ai trouvé l’ensemble un peu court.
  • Série/Hawkeye : beaucoup de Marvel cette fois-ci en commençant par la série autour de ce sidekick habituel des films, personnage auquel j’accorde bien peu d’importance. Et j’ai été des plus agréablement surpris par l’ensemble. Le scénario est basique (comme d’hab avec Marvel) mais assez solide (juste un des choix sur la fin qui m’a fait hurler). Le casting va du correct au fabuleux (avec l’arrivée d’un acteur/personnage fabuleux de chez Netflix). Bref, une bonne série de super/action bien fun.
  • Film/Shang chi et la légende des dix anneaux : toujours chez Marvel avec un film cette fois-ci. Et je suis passé totalement à côté, probablement par désintérêt pour les films d’art martiaux d’ailleurs alors que c’est ni pire ni meilleur que d’autres films de super-héros.
  • Jeu de société/Vilainous Marvel : Et on continue dans le transmédia avec ce jeu permettant d’incarner des vilains qui se mettent des saloperies dans les roues pour remplir au plus vite leurs agendas. Deuxième partie pour moi et je dois dire que j’aime beaucoup. Le jeu m’a semblé assez équilibré malgré une asymétrie vraiment poussée très loin. On a énormément de choix très intéressants et impactant tout au long de la partie,… Bref, un très gros plaisir que ce jeu !
  • Figurines/7TV Apocalypse : 7tv, c’est un jeu pour jouer des parties de figurines façon épisode de série télé ou films, ici en version post-apo donc. Je n’ai pas (enfin, pas encore) mis la main sur les règles qui me tentent bien mais j’ai craqué sur certaines des figurines qui me plaisent bien et qui sont, pour le moment, des plus agréables à peindre.

Voilà pour cette fois-ci, dans un hommage involontaire aux articles d’une certaine épicurienne qui, lorsqu’elle fait des recommandations, bien intéressantes, présente un élément de chaque support.

Vrac 34, avec un peu de Noël dedans.

Futaie : semis

Depuis mon article figurines d’il y a un bon mois et demi, j’ai continué de semer les idées concernant l’idée d’un jeu dans l’univers de Millevaux. Et je me suis dit qu’il était temps de relayer un peu ce que j’avais déjà écrit. Attention, il risque juste d’y avoir beaucoup de redites, de choses qui vont être amenées à bouger (si je poursuis la réflexion, ce qui est loin d’être certain) et d’idée assez vagues.

Première chose, le nom du jeu. C’est naturellement un nom de travail mais comme mis en titre de cet article, je pars Futaie pour rester dans la thématique de la forêt et être cohérents avec d’autres jeux de Thomas Munier (Arbre, Ecorce, Nervure) tout en ayant en tête l’idée qu’on joue plusieurs personnages au contraire des jdr. Par ailleurs, l’homonymie Futaie/Futé me plait bien.

On attaque ensuite le cœur du jeu, le cahier des charges évoqué la dernière fois qui a bien peu évolué :

  • L’environnement doit être un danger à ne jamais négliger et une part vraiment essentielle du jeu.
  • Chaque joueur joue le même nombre de figurines à déterminer avant la partie. Je pars sur des groupes de six pour le jeu classique avec des possibilités de monter à 8 ou de descendre à 4.
  • Une table assez petite, d’environ 60 par 60 pour permettre le dynamisme et correspondre à mon idée de base d’un jeu assez accessible. Pour la même raison, on utilise uniquement des d6.
  • Deux profils uniquement : humain et horla. On choisit ses figurines parmi là dedans et on pioche dans un large catalogue de compétences pour les différencier.
  • Trois statistiques : Esprit/Corps/Adrénaline.
  • Corps et Esprit servent à la fois de caractéristiques et de jauge de vie et de santé mentale. Ainsi les personnages deviennent de plus en plus faibles alors que la partie progresse et qu’ils succombent à la douleur ou à la folie.
  • L’Adrénaline peut se dépenser comme des sortes de point d’héroïsme
  • Pas de scénario, on utilise des tables aléatoires pendant la partie pour déterminer les conditions de victoires et simuler l’environnement qui change.
Une table de jeu.

En ayant ça en tête, on peut lister un peu de technique qui commence à émerger :

  • Le profil des humains serait 10/10/2 (Esprit/Corps/Adrénaline) et celui des horlas 10/16/0, donnent -2 en esprit à leurs alliés humains avant la partie. Quand un Horla meurt, chaque adversaire récupère 1 point de victoire.
  • Chaque joueur reçoit un total de 3 points de compétence par figurine qu’il peut dépenser comme il le souhaite (on peut donc dépenser moins de 3 points pour certaines et en garder plus pour d’autres.). Les compétences peuvent valoir plusieurs points.
  • Chaque figurines doit avoir au moins une compétence et deux figurines d’une même bande ne peuvent pas avoir exactement les même compétences
  • Pas de scénario ni de condition de victoire à déterminer au début de la partie. Des tables aléatoires à utiliser au début de chacun des tours qui listent à la fois les événements aléatoires et les moyens de gagner des points de victoire (6 tables, 6 entrées par tables, on lance un dé pour déterminer la table et un pour le résultat).
  • Activation par ordre de points de corps restant. En cas d’égalité, le joueur qui a le jeton “tie break” (attribué au hasard au début de partie) choisi puis donne le jeton à son voisin de gauche. Une figurine activée reçoit un marqueur activation.
  • 3 actions par tour par figurine maximum, toutes les actions doivent être différentes (corps à corps, tir, mouvement, action de scénario, action de compétences,…)
  • On touche automatiquement en corps à corps. Il y a juste à déterminer, en fonction de son nombre de points de Corps restant combien on fait de dégâts.
  • Chaque figurine a un mouvement de 20 cm.
  • Le gagnant se joue aux Points de victoire que l’on peut obtenir en tuant les horlas adverses, en utilisant certaines compétences et en réussissant des objectifs donnés par les tables aléatoires.
  • L’Esprit permet de résister aux dégâts d’horreur et aide à certains jets de compétences ou de scénario.
  • Dépense d’adrénaline :
    • 1 point = la figurine considère qu’elle a encore tous ses points de corps ou d’esprit pour une action ou pour l’ordre du tour.
    • 1 point = relance des dés pour une action
    • 1 point = activation de certaines compétences

Quelques compétences à intégrer dans le jeu :

  • Brutal/arme lourde : dégâts au corps à corps = corps
  • Maître chien (ou autres animaux, petits horlas). La figurine a des suivants. X points = x chiens. Peuvent combattre mais pas faire d’objectifs
  • Enfants : La figurine a des suivants. X points = x enfants. Peuvent faire des objectifs mais pas combattre.
  • Monté/Rapide : mouvement de 30 cm (cavalier, moto,…)
  • Zélés : Peuvent faire deux fois la même action dans le tour
  • Frénétique : Peuvent, après leur action, perdre 4 points de corps pour retirer leur jeton d’activation, ce qui permet plusieurs activation par tour.
  • Vif : toujours considéré comme ayant tous ses points de corps pour l’ordre d’activation
  • Herboriste
  • Vol
  • Arme de tir

Et une première liste de figurines utilisables :

Et maintenant que j’ai posé ça, qu’est ce que je vais faire? Laisser dormir probablement. Mais sinon, il va falloir me replonger dans Millevaux une nouvelle fois, trouver ce que je peux reprendre, me faire une petite liste des créatures emblématiques de l’univers. Et enrichir la liste de compétence. Puis les tables aléatoires. Puis tester.

Bref, il y a du boulot !

Futaie : semis

Vrac 35, parce qu’il faut bien

Encore un vrac, encore pas grand chose à poster. Il faut dire que j’ai pas mal d’occupations (écriture de jeu de rôle, de jeu de figurines, peinture, continuation de jeux déjà présentés par ici,…) en ce moment et donc moins de nouveautés à présenter. Quand aux gros articles, je ne suis pas encore assez avancé pour en faire un. Ce sera donc un petit vrac :

  • Livre/Les damnés de la terre : Un nouveau livre à la fois extrêmement politique et important historiquement. Il faut dire que j’ai énormément besoin de lire ce genre de chose en ce moment et ma volonté annoncée dans mon premier article de l’année de me repolitiser. Si je ne me suis pas vraiment engagé, mes lectures de l’année ont beaucoup été dans ce sens. Et donc, Les damnés de la terre. Une très bonne lecture en deux parties. Dans un premier temps, la description de la lutte pour la colonisation avec une réflexion particulière sur la violence et une insistance sur l’importance du monde rural. Puis, la seconde partie qui m’a cueillie, où Fanon revient sur l’impact psychiatrique de la guerre d’Algérie sur les différents participants, indifféremment des camps. Une partie à la fois passionnante mais aussi extrêmement dure.
  • Emission de radio/Grandes traversées, Frantz Fanon : Pour compléter le livre précédent, une série d’émissions de radio consacrées à Fanon chez France Culture. Une excellente addition que je ne peux que vous conseiller.
  • Figurines/Five years in the rotten city : Un Kickstarter cette fois-ci avec de magnifiques figurines pleines de personnalité. J’ai déjà craqué et le choix des figurines va être bien rude tant la qualité est présente.
  • Jeu de société/Brass Birmingham : Un excellent jeu mais pas pour moi. Extrêmement riche, tendu, plein de choix impactant en continu, de la variété stratégiques,… Mais j’ai aussi trouvé cela extrêmement froid, comme manquant d’âme. J’y rejouerais probablement une ou deux fois mais n’en garderais pas un souvenir impérissable.

Vrac 35, parce qu’il faut bien

Et un jeu de figurine, ça donnerait quoi?

Il y a maintenant un mois et demi, je publiais ce précédent article où je couchais enfin quelque part quelques éléments d’un projet de jeu de rôle qui traînait depuis un moment. Et, tant que j’y suis, je me suis dit qu’il faudrait que je fasse de même avec quelques bouts de trucs que j’ai en tête pour du jeu de figurines.

Trois projets que j’ai à évoquer ici, pour trois ambiances différentes avec des concepts différents les uns des autres. Tout ces projets sont plus ou moins avancés mais on est loin d’être à un stade jouable pour le moment, ce ne sont grosso-modo que des cahiers des charges de ce que je voudrais proposer.

Et l’on attaque directement sur le premier projet, le plus évident, celui qui trotte dans ma tête depuis le plus longtemps, l’envie de faire un jeu de rôle dans un univers post-apocalyptique à la Mad Max.

Pourquoi est-ce évident? Pour tout ce que je dis sur cet article de 2015 sur Mad-Max et l’ambiance désert/post-apo en général. Les deux principales raisons c’est parce que c’est un type d’univers qui me fascine mais aussi parce que le jeu de figurine, pour moi, ça a commencé par Gorkamorka qui rentre clairement dans ce cadre. Et, il faut dire que ce n’est pas un style laissé en friche par les auteurs de jeu de figurine. Outre le jeu de Games Workshop précédemment cité et qui souffre des défauts de GW et de son âge, j’ai aussi un œil sur :

  • Red Button’s Nation : un jeu indépendant français sans gamme de figurines dédiés, aux règles simples et bien cool, par les auteurs de Mars Code Aurora. J’en parlais d’ailleurs déjà en 2018.
  • Gaslands : jeu anglophone très joué et qui a la particularité de nous faire jouer uniquement des véhicules.
  • Punkapocalyptic : côté Espagne cette fois-ci mais sans véhicule.

Rien de bien original dans cet univers donc, on est dans du très classique pour le moment. On y jouerait une petite bande d’une dizaine de personnes, avec des véhicules capables d’accueillir l’ensemble du groupe. La question qui se pose maintenant c’est de savoir qu’est ce que je veux mettre dans ce jeu.

L’idée serait d’avoir des figurines sans véritables profils ni caractéristiques. Chaque figurine est un sac à point de vie fixe. Et à coté de cela, un long catalogue de compétences, d’équipement, de véhicules et de particularités claniques pour dépenser les points de bande et tuner les gangs. Et forcément, un système d’expérience pour faire progresser tout ça.

Pas grand chose d’autre pour le moment. Quelques ébauches de système mais rien de suffisamment satisfaisant pour être rédigé. Ha si. Je veux que l’ordre d’initiative se fasse grosso modo par ordre de vitesse, en commençant par les véhicules du plus au moins rapide. Puis l’infanterie « libre ». Et enfin celle engluée au contact.

Enchaînons maintenant avec le second projet. Du futuriste, encore. Mais sous-marin cette fois.

L’humanité est en train de conquérir l’espace et, au milieu de l’infini, a découvert une nouvelle planète, recouvert d’un immense océan, sans aucune terre immergé. Au fond de l’eau, divers peuples, races et civilisations voient leur équilibre, déjà précaire, voler en éclat avec l’arrivée de ce nouveau colon.

Deux grosses inspirations évidentes, Polaris, en jeu de rôle, ainsi que Subnautica en jeu vidéo. Et forcément plein de choses à aller chercher du côté des fonds marins.

On jouerait autant des humains venus coloniser les lieux (avec plusieurs camps possibles et portant forcément du matériel de plongé) que diverses populations autochtones pouvant elles respirer sous l’eau. Un jeu à faction donc avec des profils correspondant directement aux figurines qui vont bien. De petits groupes de 10/20 figurines avec quelques monstres et véhicules. Un autre élément essentiel serait de profiter du cadre si particulier pour répartir ce que l’on joue entre rampants qui ne peuvent quitter le fond, marin totalement adaptés et libres de leurs mouvements et nageurs qui, au contraire, doivent rester constamment mobile et avec davantage de hauteur.

Je veux aussi un système où l’on aurait beaucoup de points de commandement et avec un système d’initiative assez spécifique :

  • Chaque figurine étant représenté par une carte. Le joueur avec le moins de carte a des refus pour égaliser. Je ne détaillerais pas l’utilisation des refus ici.
  • Chaque joueur choisit simultanément et secrètement une de ses figurines non activé ce tour et mise, tout aussi secrètement, des points de commandement.
  • On active ensuite ces figurines, par ordre d’initiative (l’initiative correspondant à une caractéristique dédiée à laquelle s’ajoute ces points misés).

Les points de commandements servent, naturellement, à de nombreuses autres choses, utilisations de compétences, s’en prendre à des cibles autres que les plus évidentes, activation plus complexes,…

Et pour le dernier projet, on repart du côté d’un univers déjà abordé sur ce blog, un autre monde de science-fiction. Après le désert et l’océan, on part en direction de la forêt. (Attention, cette dernière partie risque d’être beaucoup plus longue que les deux premières)

Cet univers, c’est celui de Millevaux dont je parlais assez longuement en avril 2020 dans cet article. Depuis, j’ai fini la partie de Millevaux Sombre que j’ai mené sur jdroll, j’ai fait une partie d’Oriente (évoqué ici) et j’ai naturellement énormément lu sur cet univers que cela soit les productions de Thomas Munier ou ce que l’on peut trouver en ligne (en particulier l’excellent blog de Claude Fery à ce sujet).

Un petit rappel de ce qu’est Millevaux donc? C’est un univers de jeu (mais pas seulement) développé par Thomas Munier dans lequel la civilisation s’est effondrée et l’Europe a été recouverte par une forêt hostile. Les survivants humains essayent d’y survivre au milieu de l’oubli (forme d’amnésie), l’emprise (une forme de mutation), l’égrégore (des incarnations des passions humaines) et les horlas (des monstres).

Forcément, un jeu de figurine pourrait être totalement adapté à cet univers et je me vois totalement jouer des groupes de 4/8 personnes se débattre au milieu d’une forêt infinie, luttant autant les uns contre les autres que contre leur environnement immédiat. Immédiatement, une première contrainte apparaît d’ailleurs : le décors se doit d’être une véritable menace pour les figurines.

Concernant les figurines, d’ailleurs, quelques choses que j’ai pu découvrir en ligne ces derniers mois me font furieusement penser à l’univers de Millevaux. Je pense en particulier aux magnifiques production de chez simonminiatures qui me semblent totalement dans l’esprit. Après, il est hors de question de se limiter à une gamme pour ce jeu et même de se limiter à des figurines. Des pions, des personnages en cartons, des cailloux, tout peut convenir pour jouer. Un autre choix éditorial serait absolument en désaccord avec l’état d’esprit de Thomas Munier lorsqu’il crée son univers (jetez d’ailleurs un coup d’œil à cet article sur son blog et à cette conférence sur sa chaîne YouTube).

Et dans ce jeu, alors, qu’est ce que j’y mettrais? A ce jour, mon cahier des charges ressemble à ça :

  • Comme dit précédemment, un groupe de quatre à huit figurines, avec un nombre équilibré de personnages entre les différents joueurs.
  • Des bandes composées essentiellement d’humains mais qui peuvent aussi comprendre horlas et animaux
  • Trois statistiques reprises de Millevaux Sombre : Esprit/Corps/Adrénaline.
  • Esprits et Corps servent à la fois de caractéristiques et de jauge de PV et de Santé mentale. Ainsi les personnages deviennent de plus en plus faible alors qu’ils succombent à la douleur ou à la folie.
  • L’adrénaline peut se dépenser pour jouer plus vite, faire des relances ou obtenir un avantage.
  • Toutes les figurines d’un même type ont des statistiques identiques. Les différences se font comme pour le post-apo désertique grâce à un large catalogue de compétences et d’équipement permettant de personnaliser ses figurines.
  • Pas de scénario ni de condition de victoire à déterminer au début de la partie. Des tables aléatoires à utiliser au début de chacun des tours qui listent à la fois les événements aléatoires et les moyens de gagner des points de victoire.
  • Activation alternée ou semi-alterné. A voir comment ça doit être organisé. Actuellement, je pense faire jouer les figurines par ordre de points de corps restant.
  • L’environnement doit être un danger à ne jamais négliger et une part vraiment essentielle du jeu.

Voilà en gros où j’en suis actuellement sur ce sujet et ces différents projets. Ce court article est finalement bien plus long que prévu et m’aura pris pas mal de temps mais je pense avoir fait pas mal le tour. Et c’est toujours utile de tout bien coucher par écrit ainsi.

Et un jeu de figurine, ça donnerait quoi?

Mandibules et tentacules

Non, je ne fais pas cet article pour parler de Quentin Dupieux et d’une possible suite à son dernier film. Non, je viens parler de ma troisième bande pour Mars Code Aurora, à base de fourmis et autres créatures insectoïdes. C’est parti pour les bestioles.

Des rangs 1 plutôt axés infiltration (avec lâcher de gaz fumigènes)
Des rangs 1 pour le combat
Trois rangs 2 volants
Un quatrième rang 2
Un gros rang 3 qui tâche pour le corps à corps
Une fourmilière mobile inspirée des boules de bousier en guise de blindé

Et en petit bonus quelques photos de la bande en action contre l’Organisation révolutionnaire champignonnière avec mes nouveaux décors :

Mandibules et tentacules

Article de fig, article de feignasse.

J’ai attaqué une kill team pour le jeu éponyme qui devrait pouvoir me servir pour Mars Code Aurora et me faire une quatrième bande (il faut que je vous partage la troisième d’ailleurs) : du culte genestealer !

Dix figurines de base (des Neophyte Hybrids) :

Six figurines un peu plus élites (5 Acolyte Hybrids et un Acolyte Iconward) :

Et en petit bonus les barricades peintes pour killteam :

Article de fig, article de feignasse.

Vrac 33, c’est série(ux).

En septembre, peu de voyages à Paris donc peu de lecture. Par contre, je me suis rattrapé sur pas mal de séries télévisées. Est aussi sortie cette vidéo youtube dans laquelle je suis invité pour discuter (très longuement) d’une de mes rivalités catchesques favorites. Et donc, pour ce vrac :

  • Série/Ted Lasso saison 2 : Un entraîneur américain de football américain se retrouve à la tête d’une équipe anglaise de foot en difficulté. C’est ma série comique et feel good du moment. Des personnages attachant, un bon état d’esprit tout du long des deux saisons,… Tout ce qu’on veut dans ce style de série avec un très chouette casting.
  • Série/What if : Abandonné après quelques épisodes de plus. Grosse déception. J’ai l’impression que je me répète beaucoup sur les marvelleries ces temps-ci…
  • Série/OVNI(s) : une série française,… J’en regarde peu et en apprécie encore moins. Mais celle-ci a réussi à me convaincre malgré certains à priori. C’est frais, amusant, ultra référencé (l’épisode 10 est juste merveilleux pour cela) et surtout magnifique. S’en dégage une ambiance et des visuels similaires à ceux de l’excellente Utopia. Bref, une très bonne surprise malgré une conclusion pour le moins décevante.
  • Série/The good fight, saison 5 : une série toujours aussi folle qui, après avoir traité de l’Amérique sous Trump s’intéresse maintenant à l’Amérique en temps d’épidémie. Et une nouvelle fois, on pousse le bouchon de l’absurde un nouveau cran plus loin. Une véritable merveille que ce spin-off de The good wife qui se dépasse de saison en saison et surpasse, pour moi, largement la série initiale.
  • Jeu de figurines/Kill Team : le jeu d’escarmouche dans l’univers de Warhammer 40000 chez Games Workshop. J’ai testé lors de ma première soirée à l’association figurinistique orléanaise et été assez convaincu pour me monter une première bande, aussi utilisable pour Mars Code Aurora.
  • Livre/Watership Down : le hobbit avec des lapins. Tout simplement. On suit dans leur pérégrination à travers la campagne quelques uns d’entre eux qui quittent leur garenne, fuyant un drame pressentit par l’un des leurs. Les créatures monstrueuses sont remplacés par des prédateurs naturels ou des humains, les obstacles naturels sont légions et les péripéties trépidantes. Vraiment, un super roman d’aventure et de voyage, abordant de nombreuses thématiques. Lisez-ça !
  • BD/Blacksad, tome 6 : Des années après le tome précédent, c’est toujours un plaisir de retrouver notre chat détective privé favori. Le cadre de cette aventure (théâtre, politique et urbanisme) se marie très bien à l’ambiance de Blacksad et c’est, sans surprise, un véritable succès. Vivement le septième !
  • Film/Dune : Dune ! Dune ! Dune ! Forcément j’étais chaud. Pour le roman. Pour Villeneuve. Pour des dizaines de raisons. Forcément j’avais peur. Parce que c’est quand même sacrément casse-gueule. Et le pari est vraiment réussi. Un très bon film. Une joie que d’y aller, de le découvrir et d’en parler en sortant de la salle. C’est magnifique, ça respecte le matériaux initial avec quelques adaptations bien dans l’esprit, le scénario est solide, le casting excellent, l’ambiance sonore fabuleuse, c’est clairement du Villeneuve. Pas grand chose à dire de négatif. Mais ça ne sera pas mon Villeneuve favori (ça va se jouer entre Premier Contact et Incendie) ni ce que je considèrerais comme un film aussi marquant pour moi qu’a pu l’être le dernier Dune. Mais ça reste un très bon film. Et c’est déjà une véritable satisfaction.

Vrac 33, c’est série(ux).

MARS CODE AURORA. GAME 2

Bon, la partie date du 14 mai donc j’ai un peu trainé… On a joué à trois avec l’ami Ernest (merci pour les photos) et un total débutant en figurines. On a utilisé les deux bandes déjà prêtes mais aussi un mélange de mes deux autres projets en cours (une bande putrescence et une bande faim à base de fourmi).

Pas de résumé, jusque quelques photographies :

Chacun son coin avec quelques fourmis infiltrées.
Avancée champignonnesque
Duel

Je crois qu’on a tous passé un très bon moment malgré la frustration de ne pas avoir pu aller au bout. Quelques erreurs de règles de ma part mais rien de gênant.

MARS CODE AURORA. GAME 2