Vrac 11 (de vacances)

Je reviens de deux semaines de vacances entre Pornic et Paimpont qui ont été riches de découvertes et de lecture. Pas de longs résumés détaillés, je laisse cela à madame. Voici un long pêle-mêle de chose à retenir (pour moi) et à découvrir (pour vous) :

  • bouquin/Le dernier stade de la soif : Dans l’Amérique des années 50, un loser dans un récit en grande partie autobiographique. Ça parle alcoolisme, maladie mentale, rêve américain et désillusion, obsession pour une équipe sportive,… C’est bien écrit, c’est parfois drôle, parfois touchant, parfois déprimant, c’est plein de personnages secondaires riches en couleur et c’est encore un magnifique travail d’édition de Monsieur Toussaint Louverture.
  • bouquin/L’affaire Charles Dexter Ward : j’aime bien lire du Lovecraft, je trouve ça agréable et très original. Mais pas forcément réellement mémorable. Mais là, j’ai vraiment plus aimé que d’habitude. Une histoire bien menée dans son style unique et avec une chouette façon de faire avancer l’intrigue/enquête. C’est à la fois un bon bouquin et une très bonne entrée pour découvrir cet auteur.
  • bouquin/Mythologie : un peu de philo avec cette étude des mythes contemporains (en 1955) par Roland Barthes. C’est clairement orienté politiquement (mais Barthes est transparent là dessus) et la dernière partie est plus faible (et plus compliquée à lire) mais ça reste très agréable. Comme prévu, j’ai été passionné par l’article sur le catch et encore plus par celui sur le Tour de France que j’ai trouvé réellement épique et qui a réussi à me faire vibrer et aimer ce merveilleux sport plus que jamais.
  • bouquin/Le cartographe des Indes boréales : un chasseur de baleine basque devenu en espion/cartographe à la cour de Suède du dix-septième siècle. C’est très riche, bien renseigné et bien écrit. Les thématiques religieuses et la fin du livre m’ont un peu sorti du livre mais ça reste un excellent livre aux thématiques riches et variées.

editions-metailie.com-le-cartographe-des-indes-boreales-cartographe-des-indes-boreales-hd

  • bouquin/La grande encyclopédie des lutins : j’avais la grande encyclopédie des fées étant gamin (et je l’ai toujours), je rêvais de celui-là. Je suis tombé dessus (en Brocéliande) un peu par hasard et à bas coût. J’ai craqué et je suis content de pouvoir le feuilleter comme sa petite sœur. Une bonne inspi pour du jeu de rôle ou une bonne aide à l’évasion.
  • bouquin/Les lames du cardinal : j’en ai entendu beaucoup de bien et j’ai fini par craquer. C’est du cape et épée, un genre que je n’ai finalement que peu lu jusque là. Et ça correspond bien à ce que j’imagine du genre. De l’intrigue avec des rebondissements. Des duels. De la cascade. Des héros forts en gueule. Des méchants machiavélique. De l’historique. Et on a tout ça. Et c’est bien écrit. Et tous les aspects sont bien traités. Bref, une très bonne découverte que je poursuivrais.
  • Exposition/Amazonie, le chaman et la pensée de la forêt : une très bonne expo au château des ducs de Bretagne de Nantes. De superbes fonds bien mis en valeur et un sujet très bien traité.

amazonie-adultes

  • Radio/Au coin d’un bivouac : un classique de chez France Inter que je réécoute avec grand plaisir. Pas grand chose à dire dessus en dehors de vous le conseiller mais je voulais en parler vu que cette septième saison était la dernière. Mais pas de panique : le présentateur revient tous les samedis pour une émission assez similaire !
  • Restau/Vues du monde : très sympa cette adresse nantaise avec des plats venus d’un peu partout dans le monde. Et gros coup de cœur sur le tataki de thon en entrée.
  • Tourisme/Cap Fréhel-Fort Lalatte : deux magnifiques sites en vis à vis qui semblent se répondre et se complètent totalement. De la nature belle et sauvage qui change d’un jour sur l’autre. Un fort assez hallucinant du 14e siècle à Vauban. Un de mes plus sites préférés en France.
P1090469.JPG
Vue du fort Lalatte depuis le cap Fréhel
  • Tourisme/Forges de Paimpont : autant Lalatte/Fréhel, je savais à quoi m’attendre, autant là j’ai été totalement cueilli. Un magnifique site d’histoire industrielle, bien documenté et inattendu en pleine terre de Brocéliande.
  • Jeu de société/L’expédition perdue : je voulais un collaboratif rapide, qui prend pas de place et qui se joue bien à deux. On m’a mis ça entre les mains. Et déjà, c’est beau. Un premier coup d’œil et on est séduit. Puis on commence à jouer. Et on voit des parties variées, intéressantes et tendues. Gros coup de coeur.

l-expedition-perdue

  • Bizarrerie/Géographie subjective : les Monts d’Arée : Une carte dessinée par les habitants du coin qui y représentent ce qui compte pour eux. L’idée est excellente et j’ai beaucoup aimé. Ça donne envie d’essayer ce genre de trucs.
Vrac 11 (de vacances)

Orestau : Voici venu le temps

Un petit restau d’Orléans qu’on aime bien.

Voici venu le temps, 5 rue de la Cerche, un peu au dessus de la place du Martroi.

Alors, c’est un lieu qui se présente comme un « Néo-bistrot » proposant une cuisine de produits locaux et essentiellement bio.

Un exemple de carte.
Un exemple de carte.

J’avoue que cette présentation m’intriguait plus qu’elle m’attirait mais que les photographies de plats qu’ils postaient sur facebook sont très alléchantes (et un peu dures à supporter tant elles peuvent faire envie).

Du coup on a essayé. Puis on y est retourné. Et on y retournera.

Voici venu le temps propose une carte assez courte mais qui change très souvent pour s’adapter aux arrivages et pour varier les plaisirs. Et à chaque fois, j’ai hésité entre plusieurs plats. Le choix est donc très dur mais vu que la qualité est là à chaque fois, on est forcément satisfait. En effet, au niveau goût, c’est du très bon, surtout pour ce prix là. Un rapport qualité/prix plus que satisfaisant. Les portions peuvent sembler un peu petites mais franchement, cela nous a toujours suffit. Merci la qualité? En tout cas, elle est présente tout au long du repas, entrée, plat, fromage et dessert. Et les conseils vins pour accompagner cela que nous avons eu nous ont convenu à chaque fois.

Un bon point supplémentaire pour l’assiette végétale. Ce n’est pas du tout mon truc et jamais vous ne me verrez envisager de prendre cela. Et lorsque mon épouse en a pris une, j’ai été impressionné par la taille et le goût de cette assiette. Je l’ai presque enviée… Bon, j’avais pris des ris de veau donc je ne pouvais pas me plaindre!

C'est bon, hein ma coloc?
C’est bon, hein ma coloc?

Bref, on valide et on y retourne !

Orestau : Voici venu le temps

Orestau : Oh terroir

On a essayé un nouveau restaurant sur Orléans :

Le Oh terroir, sur les quais près du cinéma.

C’est un restaurant qui se présente comme un fast-good : reprenant les principes des fast-foods (commande et service rapide + prix modérés) en essayant d’y associer une cuisine bio (produits locaux et tracés, plats végétariens,…). Bref, un sacré truc de bobo/hipster.

Voici au passage une liste des producteurs travaillant avec cette enseigne :

carte-fastgood

J’étais un peu sceptique mais on avait envie d’essayer donc on a tenté. Et au final on a été convaincu.

On arrive, on choisit sur des bornes électronique son plat. Le choix est assez large (grosso modo 10 pâtes, 10 lentilles, 10 salades et un clafoutis au cantal. Les burgers maison arrivent en septembre!) et on trouve facilement son bonheur. Pour nous, il a pris la forme d’une salade tartare de truite/tomate/concombre/salade et d’une salade Sainte-Maure/champignon/lardon/salade. Ensuite, on prend un dessert et une boisson (bio, à volonté et pleine de saveurs bizarres). Puis on passe en caisse où on se fait rapidement servir notre plat.

Les plats eux-mêmes sont très bons et surtout bien consistants. Ceci est valable pour nos salades mais aussi pour les autres, j’en ai profité pour loucher sur les tables voisines. Les desserts et boissons sont aussi satisfaisantes.

En ce qui concerne le prix, on s’en ai sorti pour 13 euros par personnes ce que l’on a trouvé plus que raisonnable vu la quantité et la qualité des plats. On est clairement au dessus d’un fast-food « traditionnel » mais en dessous d’un restaurant habituel. Bref, une sorte d’entre-deux plus que satisfaisant. A signaler que le prix est diminué de 2 euros si on prend à emporter.

Bref, on valide et on recommande.

Orestau : Oh terroir