Vrac 35, ça joue beaucoup

Peu de voyages à Paris ces temps-ci, un roman bien épais et c’est une période sans trop de lecture. Mais j’ai plein d’autres choses pour vous !

  • Expo/Traversées du paysage – Jean Anguera : Les expos en tant de Covid, c’est compliqué,… A Orléans, nous avons la chance de disposer d’une collégiale transformée en centre d’exposition avec une programmation qui ne m’a jamais déçue jusque là. Et celle-ci n’a pas été une première, bien au contraire avec cette découverte, pour moi, du travail de Jean Anguera. Un véritable coup de cœur pour moi (bon, ça connecte avec le Land Art et avec Stalker, donc aide aussi à me parler).
  • Jeu de société/Cartaventura Vinland : Un livre dont on est le héros transformé en jeu de société et donc jouable à plusieurs. Tout le monde a été convaincu que cela soit nous ou mes parents. C’est beau, sympa mécaniquement et ça arrive à nous transposer dans l’univers des explorateurs vikings. Une réussite immédiate et j’ai hâte de découvrir les autres jeux de la série.
  • Jeu de société/Lueur : visuellement, c’est un coup de cœur immédiat. C’est juste somptueux et l’ensemble est extrêmement cohérent. Au niveau de la partie technique malheureusement, c’est un peu plus compliqué. J’ai l’impression qu’il y a des soucis d’équilibre et de gap entre gros et petits joueurs. Mais franchement, j’ai envie de lui redonner une chance, rien que pour ses qualités graphiques.
  • Film/L’étoile de Noël : un dessin animé assez décevant,… Graphiquement, c’est basique, au nouveau de l’histoire aussi. Mais c’est beaucoup trop marqué pour moi,…
  • BD/Jeremiah 38, Tu piges? : S’il y a une série traditionnelle de BD Franco-Belge que j’apprécie, c’est bien celle-là, un de mes points d’entrée dans le post-apo. Malheureusement cet album est l’un des plus décevant. C’est du Jeremiah, c’est sûr. Mais ça correspond exactement au résumé classique des albums de cette série. Rien de plus, rien de moins (si ce n’est le scénario). Pas de surprise, pas d’élément vraiment marquant. Triste.
  • Jdr/Duck Tales : j’avais besoin d’un truc à faire jouer à mes enfants. J’ai bidouillé un truc où l’on incarne Picsou, Tagada Jones et Geo Trouvetou, un petit système de règle et un scénario basique et c’est parti. Joué à deux reprises (avec ma femme en renfort pour la première et ma mère pour la seconde) et ça a très bien marché pour des séances de 30/40 minutes. On continuera !
  • Jeu de figurines/Savage Core : mon grand veut jouer depuis un moment aux figurines, je lui avais promis qu’il pourrait. Et cela m’a semblé le jeu idéal, en simplifiant un peu dans un premier temps. Trois hommes préhistoriques pour lui, trois Guerriers jaguars (avec des figurines de guerriers africains) pour moi et ça a roulé tout seul. Là aussi, une grosse réussite.
Vrac 35, ça joue beaucoup

Rewind, un truc par an, 32 ans.

Comme il y a deux ans, l’an dernier, j’ai fait une liste de choses marquante sans me cantonner aux livres, séries et film mais en l’ouvrant aux jeux. Voici la liste en question :

Balada Trista
Banshee (la série)
Bilbo le Hobbit (le bouquin)
Buffy
Cahier d’un retour au pays natal
Community
Confrontation (jeu de fig)
De cape et de croc
Doctor Folamour
Donjon et Dragon (jdr)
El día de la bestia
Horreur à Arkham (jeu de so)
Initiation à la littérature fantastique
L’aiguille creuse
La Chute de Londres
La Frontière (jdr)
Le cycle des princes d’Ambre
Le cycle du disque monde
Les quatre Mad Max
Magic (jcc)
Malcolm
Mythologies (de Barthes)
Nadja
O Brother
Perdido Street Station
Sandman
Snowpiercer (le film)
Terra X (jdr)
The big Lebowsky
Transmetropolitan
Twilight impérium (jeu de so)
Watchmen (bd)
Rewind, un truc par an, 32 ans.

Comme si je n’avais pas déjà assez de projets,…

J’ai toujours 15000 projets en tête, en particulier en ce qui concerne l’écriture de jeu de rôle. En début d’année, j’ai fini d’écrire Pour le nouveau monde qui n’était pas trop prenant mais il me reste toujours deux très gros morceaux qui traînent depuis un moment :

  • Un autre jeu concentré sur la mise en place d’expéditions à la fin du XVe siècle avec une approche beaucoup plus lourde que Pour le nouveau monde. J’en ai déjà parlé en mai 2020 et en janvier 2021.
  • Un gros projet contemporain fantastique que je traîne depuis maintenant deux ans (mes premières notes datent de l’été 2019) qui serait très urbain, axé sur le temps long et qui correspondrait à pas mal de mes obsessions de ces derniers temps.

C’est de cette seconde idée que je voudrais vous parler aujourd’hui. J’ai des notes un peu dans tous les sens sur divers supports mais rien de publié ni d’organisé et cet article est un peu une façon de mettre un semblant d’ordre dans tout cela.

Médiathèques d’Orléans – Aurelia vernaculo Orliens. – Janssonius, Johannes (1588-1664) – https://mediatheques.orleans-metropole.fr/ark:/77916/ORL41658/v0001.fullpage

Par quoi commencer donc pour vous parler de cette idée de jeu? Un pitch peut-être? Le voici :

Vous êtes engagés par un individu que vous n’avez jamais vu et ne verrez probablement jamais pour enquêter sur des éléments étranges se déroulant dans votre environnement habituel. A vous de l’explorer, de le redécouvrir et de démêler tout cela.

A partir de là, deux éléments étaient clairs pour moi :

  1. Le cadre de jeu est celui qui entoure les joueurs, généralement une ville.
  2. On joue par écrit, en simulant directement l’échange entre celle que l’on appellera la commanditaire (avec un rôle peut-être assimilable à celui d’une MJ? On y reviendra) et ceux qu’on va nommer les enquêteurs.

Concentrons-nous d’abord sur le mode de communication. Pourquoi jouer à distance? De nombreuses raisons me semblent pouvoir le justifier : la possibilité de pouvoir perfectionner sa réponse, la possibilité de pouvoir adapter le jeu à son rythme de vie, l’attrait de l’attente, l’adéquation que cela crée entre le joueur et son personnage (tous les deux écriront, tous les deux attendront, tous les deux liront,…). Et dans tous cela, un élément central : un rapport au temps qui n’est plus du tout le même qu’autour d’une table. Cela rejoint d’ailleurs certaines réflexions dans le monde du jeu vidéo sur le slow gaming (cf cette interview papier ou cette discussion) et plus largement un mouvement écolo comme le slow living. Petite disgression d’ailleurs au sujet du slow living pour vous conseiller cette chaîne youtube qui me semble totalement dans ce cadre : Libre et sauvage.

Pour jouer à distance, les médias qui viennent naturellement en tête sont les lettres, mails et forum. Pour ce projet de jeu, ils me semblent totalement utilisables mais j’ai envie de suggérer d’utiliser de dispositif un peu différents : l’utilisation de Dead Drop et/ou de Géocaching. J’en parlais en novembre 2019 dans un article qui, en le relisant maintenant a énormément à voir, même sur d’autres sujets, avec ce projet de jeu. Pour rappel, des définitions simples de ces systèmes :

  • Géocaching : cacher des « trésors » dans la nature et donner une géolocalisations pour permettre aux « chercheurs de trésor » de les localiser. Ici, cela peut-être une parfaite méthode pour faire passer des lettres ou, mieux encore, des indices physiques.
  • Dead Drop : des clefs USB anonymes et collectives cachées et fixées dans l’espace public permettant d’enchainer des fichiers hors ligne. Idéal pour passer des messages entre la commanditaire et son/ses enquêteur(s).

Comment ça se passe en jeu?

Au niveau de la préparation du groupe, une fois le groupe (une commanditaire et au moins un enquêteur) constitué et les choses habituelles mises en place (choix du canal, sécurité émotionnelle,…), on s’occupe de la création du setup en commençant par déterminer les bornes de la partie (un quartier? une ville? une agglo? une zone naturelle?). Ensuite, chaque joueur (commanditaire comme enquêteur) choisit un certain nombre de lieu situés dans ce périmètre. Le but est ici de varier ce qu’on intègre (lieux culturels, spécificités naturelles ou architecturales, lieux historiques, ruines, bâtiments religieux, administrations,…). Ces lieux seront ensuite à placer au cœur de l’intrigue, à réimaginer (avec une petite pensée, entre autres, pour Soyez sympas, rembobinez et ses films suédés).

Vient ensuite, vient la traditionnelle étape de la création de personnage, autant pour les enquêteurs (publique pour eux et assez simple. Métier, quelques éléments d’historique et rien de plus) que pour la commanditaire (à faire de son côté, avec une table aléatoire permettant de proposer plusieurs types de commanditaire différents, dans ce qu’il est et dans ses motivations). On peut ensuite attaquer le jeu lui-même avec un premier message de la commanditaire pour ses enquêteurs potentiels.

Un lieu orléanais utilisable pour ce jeu.

Le sujet suivant qu’il faudrait que j’aborde est la répartition des rôles qui changerait par rapport à une structure de jeu de rôle des plus classiques :

  • A la commanditaire, les instructions et conseil de son personnage, les jets de dé (qui donne des directions aux enquêteurs) ainsi que quelques éléments sur les différents lieux et grand secrets. Chacun de ses messages RP s’accompagnera d’un second message HRP donnant quelques instructions aux enquêteurs (éléments qui sont au final autant de contraintes d’écriture pour les réponses)
  • Aux enquêteurs, les choix d’action de son personnage ainsi que le déroulé exact de ce qu’il se passe sur place (et donc l’interprétation précise des jets de dés).
Second exemple.

Dernier gros morceau, parler de mes envies et inspirations pour ce jeu, les deux étant assez entremêlés.

  • Ma première envie est clairement d’utiliser le jeu de rôle pour se réapproprier son environnement et plus particulièrement la ville. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que j’ai commencé à bosser dessus juste après avoir lu le très bon Les aventures de poches (cf. cet article) qui promeut aussi une forme de réappropriation de nos lieux de vie. Ni que j’écris cet article trois mois seulement après celui sur la baffe Walkscape. Forcément, ceux deux ouvrages et d’autres que je cite dans ces articles sont des inspirations majeures pour moi. Côté jeu de rôle, je n’ai pas grand chose à citer à ce sujet en dehors de tiny wanderer (un jeu de photo et de balade à la recherche de lieux divers) et de Via fabula (un jeu mixant contes et randonnée).
  • Ma seconde envie est cette fois-ci de lorgner du côté du jeu de rôle épistolaire et de jeux de création littéraire avec contrainte. La tentative que nous avions fait avec le camarade Ernest m’a laissé un bon souvenir et ce n’est pas loin de ce qu’on pratique sur jdroll.
  • Je veux un jeu plein de tables aléatoires dans tous les sens. Pour créer le commanditaire, pour les résultats des explorations, pour les rencontres potentielles, pour ce qu’il se passe vraiment, pour aider à la description. J’en veux dans tous les sens. Et là, clairement, les grosses inspirations sont le taff de certains pontes français de l’OSR (Le Grumph et Eric Nieudan). Je dois dire que je suis un peu dégouté d’avoir raté un chouette financement participatif cet été pour un cahier à table aléatoire,…

Voilà tout ce que j’avais à écrire, pour le moment, sur ce projet de jeu de rôle. Comme vous le voyez, j’ai déjà énormément déblayé même s’il me reste encore beaucoup de boulot.

Et on recycle une image de l’article sur Walkscape.

Comme si je n’avais pas déjà assez de projets,…

Vrac 29, chargé

Beaucoup de choses cette fois-ci :

  • Anime/Invincible (bis) : Petit addenda au 28 : j’ai fini la saison 1 et j’ai finalement vraiment bien aimé. Ca reste relativement classique avec le léger twist révélé à la fin du 1 et pas mal de sang pour se démarquer.
  • Série/Brooklyn 99 : C’est loin d’être la première fois que j’en parle mais on a finit de voir (pour mon épouse) et revoir (pour moi) cette série. C’est impressionnant de voir la qualité qui se maintient tout au long de ces sept saisons pour arriver à une conclusion logique et émouvante.
  • Série/Parks and Recreation : On enchaîne avec un rattrapage de ce classique avec pas mal de retard. Si la première saison a un peu vieilli dans le style, ça reste des plus agréable à regarder. C’est fun, c’est frais, les personnages sont attachants.
  • Film/La bonne épouse : J’étais très sceptique face à l’idée de base derrière ce film (une comédie sur les difficultés une école privée pour filles en mai 1968). Mais au final, j’ai passé un bon moment. C’est porté par un très beau casting et ça fait plutôt bien ce que cela veut faire. Rien de révolutionnaire mais une bonne surprise. Autre point positif, ça m’a rappelé l’excellent Magdeleine sister.
  • Film/Mandibules : Dupieux ! J’en parlais dans mon précédent article mais je voulais revenir dessus. C’est du pur Dupieux et ça tient bien ses promesses. Un excellent moment comme toujours avec les qualités de tous les films de ce réalisateur (la qualité de réa, le jeu, le scénar, la musique,…). Un très léger bémol néanmoins sur le traitement du personnage d’Adèle Exarchopoulos et de son handicap. Après, tous les personnages en prennent pour leur grade et sont au moins aussi mal traités,… Je suis sorti du cinéma en me disant que 1) purée, qu’est ce que ça fait du bien de retourner en salle 2) je veux un jeu de rôle permettant de jouer des films à la Dupieux.
  • Visite/Museum d’Orléans pour la biodiversité et l’environnement : les musées ont rouvert et celui-là en particulier. Pourquoi lui? Parce que ça fait six ans qu’il était en travaux. Et que les Museum, c’est cool. Et celui-ci ne déroge pas à la règle d’autant plus que sa modernisation a bien marché. J’ai fait la visite avec mes deux fils donc ça a forcément été une visite sous un angle un peu particulier mais on a tous les trois adoré et j’y retournerais probablement seul.
  • Youtube (et twitch)/Collectif Ob/ik : un collectif mixant a avec réussite sciences humaines/histoire/histoire de l’art et pop culture. Pour le moment, ils ont surtout bossé sur la figure du monstre et c’est juste passionnant. Attention, c’est hyper intello par contre.
  • Youtube/Après l’Effondrement : plus simple, des vidéos assez courtes qui font le point sur divers sujets de collapsologie. C’est clair, très bien fait un sous un prisme intéressant.
  • Jdr/Macchiato Monsters : un gros coup de cœur. Je l’attendais depuis un moment et j’ai trouvé ce que je cherchais : un bon jeu médiéval fantastique pour faire des parties à l’ancienne assez simplement tout en donnant des outils (plein de tables et de conseils) bien pensés. Je vais le poncer celui-là (bon, j’ai déjà bien commencé avec une partie en vocal et une création de perso solo avec ma femme)
  • Culture/Mooc La Renaissance en Val de Loire : un excellent mooc proposé par les tourangeaux du CESR et d’Intelligence des Patrimoine sur la Renaissance dans la région. C’est du très bon niveau, pédagogique et plein d’information intéressantes. Un exemple de ce qu’on peut faire en médiation culturelle de nos jours.
Vrac 29, chargé

Vrac 25 : no title required

Oui, j’ai quelques trucs dont j’ai envie de parler qui ne justifient pas un article dédié et ça faisait longtemps que j’avais pas fait de vrac. Ya deux gros morceaux en cours d’écriture mais ils demandent plus de boulot et de réflexion. En attendant voici donc un petit vrac de choses dont j’ai envie de parler :

  • Jeu de rôle/Pour le nouveau monde : J’ai écrit un jeu de rôle et il est jouable en ligne ! J’en avais parlé dans mon dernier article et dans un plus ancien et je parlais d’un projet d’un jeu adapté de For The Queen où l’on jouerait un groupe qui prépare une expédition d’exploration. Le jeu a été écrit en pensant aux expéditions des 15 et 16e siècle mais de façon à ne pas cadrer ce point pour pouvoir l’adapter à l’époque de votre choix en cours de partie. Je suis assez content du résultat final et je vous invite à le tester. En espérant qu’il vous plaira ! De mon côté, ça me permet d’avancer sur une de mes bonnes résolutions de l’année (arriver à mener des projets à bien).
  • Série/Vida : à la mort de leur mère, deux américaines d’origine mexicaine héritent du bar de la famille et retournent dans leur quartier qu’elles avaient quitté il y a de cela des années. Histoire de famille, de communauté, gentrification d’un quartier,… C’est assez simple mais ça le fait très bien. Et surtout c’est porté par une super bande son, une photographie aux petits oignons et un excellent casting. J’ai regardé deux saisons sur les trois et je ne peux que vous la conseiller.
  • Livre/En quête de Jake et autres nouvelles : China Mieville, ça vous parle? Il y a intérêt, sinon, c’est que vous ne me lisez pas avec assez d’assiduité (voir cet article et celui-là). Ici, on est face à son dernier recueil de nouvelle et le résultat est très satisfaisant. Les treize premières oscillent entre le très bon et l’excellent (De certains évènements survenus à Londres, une des meilleures nouvelles préférées que je n’ai jamais lu et exactement le genre de chose que j’aimerais lire et qu’on ne trouve que trop rarement) tout en passant d’un genre à l’autre (de l’horreur réussie à la comédie satirique). Naturellement on retrouve toutes les thématiques qui lui sont chères (et qui le sont pour moi, il ne faut pas se cacher). Reste le cas de la dernière, Le Tain, prix Locus en 2003 et encensé de toute part. Pour ma part, j’ai été extrêmement déçu et c’est probablement le texte de Mieville que j’apprécie le moins à ce jour.
  • Film/Waterworld : Mad Max sur l’eau. Forcément, je devais le voir ce film. Et effectivement, c’est un mix entre les trois premiers films de Miller. Rien de neuf ici, je ne vais pas avoir un avis particulièrement original sur ce film. C’est un plagiat (autant visuellement que sur le fond d’ailleurs) catastrophique avec quelques fulgurances géniales.
  • Jeu de rôle/La cité sans nom : Un livre de jeu de rôle que j’avais lu l’an dernier sans savoir comment l’utiliser. Une cité au milieu de rien qui recueille les gens perdus de tous les univers. Une ville dont rien ni personne ne repart. Sans que cela soit rattaché à un quelconque univers ou système. Et alors que je préparais à lancer une partie solo sur jdroll, je me suis replongé dans ce livre et j’ai trouvé exactement ce que je cherchais : un setting riche avec de nombreuses pistes qui n’attendent que d’être explorées. On peut y faire tellement de choses !
  • Jeu de société/Gloomhaven : Ayant fini la campagne de Horreur à Arkham jce, nous avons décidé de passer à un autre jeu et jeté notre dévolu sur Gloomhaven où l’on joue un groupe d’aventurier qui enchaine les donjons et pex dans des combats tactiques. Et on a été plutôt convaincu. Chouette matériel, système tactique intéressant et des parties assez tendue. Ca me va. Et le fait de jouer à distance nous aide bien à en profiter sans avoir les mauvais côtés du jeu.
  • Figurines/Warhammer 40k et Gokamorka : Retour à une passion de jeunesse et réparation d’une vieille erreur. Gorkamorka est mon premier jeu de figurine mais je n’avais jamais vraiment peint mes orks. J’avais envie de rattraper de m’y remettre avec l’achat, le montage et la peinture d’une première bande qui en appelle d’autres. Un véhicule est d’ailleurs en attente de sa sous-couche. Va maintenant falloir voir comment je vais les utiliser… Warhammer 40000? Ya du boulot mais pourquoi pas. Gorkamorka? Forcément. Ce vieux souvenir, je ne peux pas passer à côté.
  • Figurines/Mars Code Aurora : Et il y a cette récente découverte. Un jeu générique permettant de jouer des escarmouches sur Mars ce qu’on veut comme figurines avec des règles intéressantes. Voilà qui sera une occasion pour jouer mes orks et quelques autres trucs que j’ai en stock (certaines de ces pièces bien cools). Le jeu s’annonce prometteur et me motive pas mal.
Vrac 25 : no title required

9 mois plus tard…

Non, ça n’a rien à voir avec la durée d’une grossesse. Même si ça va plus loin, ça peut accoucher de quelque chose cette histoire…

Il y a peu, je suis tombé sur cet article écrit en mai dernier. Beaucoup de choses se sont passés depuis et j’avoue que cette idée m’était totalement sortie de la tête. Mais depuis le cerveau turbine beaucoup à ce sujet (merci les tâches ménagères, les diverses courses faites à pied et le passage aux urgences pédiatriques d’hier qui m’ont donné du temps à consacrer à ce sujet) et je crois qu’il est temps pour moi d’écrire un petit :

Point écriture de jdr. 2

Claudius Ptolomaeus , Cosmographia , Jacobus Angelus interpres. 1451-1500. BNF. Département des Manuscrits. Latin 4802

Forcément mes expériences rôlistes sur cette période ont beaucoup nourri cette réflexion. Et trois de mes jeux de l’an passé en particulier :

  • Blades in the Dark, que j’évoquais dans l’article originel comme une piste potentielle d’inspiration et que je maitrise actuellement dans une chouette partie à distance. Clairement, je ne partirais pas sur son système pour le projet de jeu de préparation d’expédition. Mais il y a effectivement des choses à prendre dans la gestion dans bande.
  • Les jeux inspiré par For The Queen et que l’on peut jouer sur For The Drama. Enormément de parties écoutées, beaucoup de jeux lus et pas mal de parties sur le site (avec un test concluant à deux à la maison). Et j’avoue énormément aimer le format.
  • Plus qu’un jeu, je pense au fabuleux travail de Thomas Munier qui revient sans cesse sur le même univers en proposant des jeux différents pour en explorer d’autres aspects. Et bosser sur d’autres type de jeu de rôles. Une approche intéressante et très enrichissante je trouve (comme son blog d’ailleurs).

A côté de cela, quelques bonnes lectures sur le sujet et voici où j’en suis arrivé actuellement de ma réflexion :

  • Je me garde le gros projet pour plus tard, en continuant de prendre des notes et de nourrir ma réflexion.
  • Je me concentre sur quelque chose de beaucoup plus simple en essayant d’en faire un jeu For The Drama qui est plus simple à écrire et à tester en ce moment. Et je suis persuadé qu’il y a moyen de faire quelque chose de très intéressant avec ce système en jouant en groupe qui prépare une expédition.

La rédaction a déjà commencé et ça semble avancer naturellement. Comme prévu, l’association système/univers semble bien fonctionner. En continuant comme ça, je devrais avoir quelque chose de testable dans pas si longtemps (enfin, dans moins de 9 mois, ce serait déjà ça). Et vu comment fonctionne le cerveau, ça n’a pas manqué,… J’ai deux autres idées de jeu For The Drama à écrire. On verra plus tard !

9 mois plus tard…

Vrac 23, je blame TEW

Dans mon dernier vrac, je parlais d’énormément de choses mais notamment d’un jeu qui s’appelle TEW2020. Un jeu de gestion de simulation de catch. Et je dois avouer que ça occupe beaucoup trop de mon trop maigre temps de loisir déjà grignoté par le tour de France ces derniers temps. Il y a quand même quelques éléments dont j’ai envie de parler :

Livre/Citrons acides : Un coup de cœur totalement inattendu ! Le récit autobiographique d’un anglais qui s’installe à Chypre dans les années 50 juste avant que n’éclate la révolte pour l’indépendance de l’île. Une moitié de l’ouvrage décrit les lieux et la vie (idyllique) sur l’île avant que l’auteur ne se concentre sur les troubles qu’il a vécu de l’intérieur. Un point de vue toujours bienveillant et qui comprend parfaitement la situation. Très bien écrit et traduit. Vraiment, un énorme plaisir.

Livre/Manuel du Guerillero Urbain : guide (dont la publication a longtemps été interdit dans de nombreux pays) pour révolutionnaire écrit par le communiste brésilien Carlos Marighela qui a inspiré dans tous les camps (du sien aux forces antirévolutionnaires en passant par l’OAS). Une bonne lecture tant pour mieux comprendre l’Amérique du Sud des années 60 que pour saisir certaines stratégies de lutte de ces 60 dernières années. Elle s’enchaîne d’ailleurs très bien après Citron acide. A noter un excellent paratexte qui fait de la très bonne recontextualisation (par le sociologue Mathieu Rigouste).

Série/The good fight : Fin de la saison 4. 7 épisodes pour cause de Covid. Et ça n’empêche pas que c’est toujours aussi bien. Possiblement ma série non comique favorite. Certes il faut se farcir les 7 saisons de The Good Wife (il y a pire comme punition, certes) mais ça vaut vraiment le coup. Une excellente série d’avocat et de politique américaine avec le curseur bien poussé en direction de l’absurde. Regardez ça !

Jeu de rôle/For The Drama/The Robbery : Retour dans les jeux for the drama pour une troisième partie. On a testé ça à deux avec ma femme après avoir imprimé et découpé les cartes. Ambiance braquage qui tourne mal. Une heure de jeu. Et ça tourne à merveille. C’est devenu un cambriolage de musée où l’on va chercher un tableau et où on découvre que le commanditaire nous a doublé pour monter lui-même un plus gros casse. Clairement, on va rejouer et en tenter d’autres.

Ha,… Et je rejoue à Twilight Imperium ce week-end. Et ça c’est le pied !

Vrac 23, je blame TEW

Vrac 22, tout va à bien…

Oui, je sais, cela fait un moment. Mais entre l’achat d’une maison, trois enfants et des vacances, j’ai pas mal été occupé et n’ai guère trouvé le temps de venir par ici. Mais me voici avec un peu de pêle-mêle :

  • Livre/La dérivée mexicaine : livre photo faisant suite à un séjour au Mexique. Sur fond noir, on ne voit que le sujet, généralement simple objet, visage ou corps, le tout étrangement organisé. Une belle plongée dans ce pays, ses habitants et ses mythes. Vraiment un bel ouvrage.

9782919507030_internet_h1400

  • Livre/Sang Noir : un autre bouquin parlant d’autres mythes. Ceux de la chasse cette fois-ci et sur la figure du Sauvage. Revenant sur les traditions et pratiques qui secouent ce monde à travers toute l’Europe et revenant jusqu’à, l’anthropologue et ethnologue Bertrand Hell présente ici une étude passionnante mais extrêmement aride et complexe à lire. Après, ça vaut le coup de s’accrocher jusqu’au bout.
  • Livre/Agatha Raisin enquête, tome 6 : Vacances tous risques : place à une lecture plus légère avec ce petit polar sympathique dont les gros points forts sont le cadre chypriote à la fois original et dépaysant ainsi que le style fluide et agréable. L’enquête, très classique, fait bien le boulot. Par contre le personnage principal est insupportable et embarqué dans un triangle amoureux qui vient briser le rythme de la lecture et de ma motivation avec elle.
  • Livre/Le dernier apprenti sorcier, tome 1 : Les rivières de Londres : une autre lecture des plus légères. J’étais assez sceptique en me lançant dans ce livre et m’attendais à trouver une histoire assez classique et simple d’urban fantasy. Mais j’ai vite été détrompé et nous sommes face à une très bonne lecture d’urban fantasy. Personnages attachants, mythologie (cette personnification des affluents de la Tamise c’est excellent) aussi bien troussée que l’intrigue, rythme nickel, cadre londonien très bien décrit, style très agréable avec un bon dosage sérieux/humour… Un sans faute. Je continuerais la série avec grand plaisir.

71cLf-Y1PwL

  • Jeu de rôle/Dominion : Du space-opéra avec une ambiance à la Dune en jeu de rôle (ces intrigues et batailles entre grande maison féodales dans l’espace). Forcément je voulais y jeter un œil. Et j’en ressors avec une impression relativement mitigée. Globalement satisfait parce qu’il semble faire parfaitement ce pour quoi je l’ai acheté, parce que j’aime beaucoup le contenu et le système. Mais mitigé parce que tout cela est assez complexe et me semble difficilement transposable sur forum comme je l’imaginais (si ça vous tente, une excellente partie ici).
  • Jeu de rôle/Blades in the Dark : bis repetita. Même système de jeu, même motivation de ma part, même envie d’utilisation,… et même résultat. Un excellent jeu de rôle qui me semble difficilement transposable sur forum. Quel dommage ! Cette fois-ci, il s’agit de jouer une bande de voyou dans une cité médiévale tirant un peu sur le steampunk (une partie ici).
  • Jeu vidéo/Townscapper : Est-ce qu’on peut appeler ça un jeu? J’en doute un peu. Mais ça reste excellent. Un jeu de construction urbaine sans règle, aléatoire, d’une simplicité déconcertante (Clic gauche, on ajoute un bloc de terre ou un étage. Clic droite, on en enlève un. Possibilité de changer la couleur des bâtiments. Le moteur fait le reste). C’est zen, c’est créatif,… Un véritable bonheur qui détend.

tc

  • Jeu vidéo/TEW2020 : un jeu de simulation de compagnie de catch. On recrute des worker, on développe sa compagnie et on organise des shows. Bien addictif pour qui aime le genre et le catch, c’est un véritable plaisir et ça me permet de créer des histoires et affrontements bien funs.
  • Radio/L’été comme jamais : Pas grand chose à dire pour présenter cette émission qui se veut feel-good et parle de vacances estivales dans le contexte si particulier de cette année cauchvidesque. Globalement sympa, je conseille particulièrement l’émission du 29 juillet sur les chasses au trésor et celle du 3 août sur les micros aventures.
  • Télévision/Au bout c’est la mer : oui, je parle rarement de télévision ici pour la très simple raison que je ne le regarde presque jamais (sauf certaines saisons de Koh-Lanta). Mais nous sommes tombé par hasard sur cette émission et avons été convaincu. Le concept : le présentateur parcourt la rivière de sa source à l’embouchure et présente diverses rencontres et découvertes le long de son lit. C’est simple et passionnant. Malheureusement ce n’est pas simple de retrouver d’anciennes émissions et de les regarder en replay,… Et au passage, ça m’a donné envie de faire de même le long de la Loire sur plusieurs années avec les enfants. Va falloir mûrir ça…
  • Festival/La fête du Duy : tous les ans en août, il y a cet événement artistique sur un des îlots de la Loire à Orléans. Et tous les ans, nous sommes partis à ce moment là. Heureusement, cela n’a pas été le cas cet année et je m’y suis rendu avec grand plaisir, un camarade (merci pour les photos d’ailleurs) et deux enfants. Pour tout vous dire j’étais prêt à payer l’entrée juste pour aller sur l’île. Et j’ai été très agréablement surpris par ce qui y était présenté, entre art outsider, sculpture, conteur et école de cirque. Seul déception, nous y avons été la première demi journée et tout n’était pas encore totalement en place (mais il n’y avait presque aucun visiteur, ce qui était royal). J’ai hâte de pouvoir y retourner avec des enfants plus âgés et idéalement de nuit.

  • Jeu de société/Magic Rabbit : Gros coup de cœur que ce jeu pour ma femme et moi. Parties de deux minutes trente qu’on enchaîne, collaboratif, jeu de mémoire très rythmé. Il vaut l’achat et le test sans hésiter d’autant que les auteurs ont prévu une véritable rejouabilité avec des difficultés additionnels à découvrir avec le temps.
  • Film/9 mois ferme : seconde vision. Je vais faire bref : Dupontel est un aussi fabuleux acteur que réalisateur avec un état d’esprit admirable. Kiberlain est excellente. Pas grand chose d’autres à dire. C’est monumental.
  • Visite/Guédelon : halala. Je ne sais qui a été le plus émerveillé entre les deux garçons ou moi. Un chantier de château médiéval. Projet fou et passionnant. Nous avons adoré et y retournerons dans quelques années, c’est certain.

Vrac 22, tout va à bien…

Vrac 22

Je croyais que j’allais manquer de matière mais j’ai ce qu’il faut en fait. C’est donc parti :

  • Livre/Libertalia : non, je ne parle pas de l’éditeur. Enfin si. Mais ils ont publié un bouquin qui s’appelle comme eux. Alors forcément… Bref, Libertalia, édité par les éditions Libertalia (et parmi les livres gratuits de confinement). Une chouette histoire de pirate qui raconte l’histoire du capitaine Mission qui aurait fondé cette légendaire utopie forbane. Ecrit par Daniel Defoe (à part Robinson, je n’avais jamais lu ces écrits). Une excellent lecture alors que les bonnes histoires de pirates se font trop rare (on y reviendra à ça).

libertalia-uneutopiepirate-couv_web-rvb
j’aime bien le beau travail éditorial et chez Libertalia, ya pas à dire mais ils savent y faire…

  • Livre/10 questions sur l’anarchisme : toujours un livre de chez Libertalia. Mais lu en bois-mort celui-ci. Le mouvement anar, on en sait quoi? Pas grand chose je dois dire. Des clichés, quelques menus éléments historiques (et encore),… C’est bien maigre tout ça. Et j’avais envie et besoin d’une petite mise au point. Je dois dire que ce petit ouvrage, écrit pour ça, est une porte d’entrée idéale, revenant sur l’histoire du mouvement, sur les courants qui l’agite, sur ses structures et sur son idéologie. Vraiment passionnant.
  • Jeu de rôle/Sortir de l’auberge : la référence au niveau publication théorique sur le jdr. J’ai depuis une éternité Jouer avec l’histoire (depuis sa sortie, et en version signée s’il vous plait !) et un moment Mener des parties de jeu de rôle. D’ailleurs, je reviens sans relâche vers ce dernier qui est une véritable bible. Jouer des parties de jeu de rôle, fallait que je l’achète depuis un moment et j’ai profité de la sortie de leur dernier né pour faire d’une pierre deux coups. Je m’en servirais moins souvent étant essentiellement meneur mais c’est encore un sacré succès. Quand à ce dernier, La Boîte à outils du meneur de jeu, il s’agit d’un bon complément à Mener des parties de jeu de rôle et ce que j’en ai lu jusque là me convainc tout à fait. Du must-have, tout simplement !
  • Jeu de rôle/Green Dawn Mall : j’en parlais il y a peu mais j’ai reçu ma version arbre mort de ce jeu de rôle où l’on joue des ados lâchés dans un terrifiant centre commercial et je suis toujours aussi conquis.

314034

  • Jeu de rôle/Je ne connais pas la moitié d’entre vous… : rattrapage des jeux de rôle gratuits du confinement. Où l’on joue les invités à la fête d’anniversaire d’un hobbit de la Comté. Le principe est bien cool et rigolo. Le résultat semble bien être à la hauteur. N’hésitez pas à vous jeter sur cet OVNI.
  • jeu vidéo/Mortal Glory : on joue une écurie de gladiateur med-fan qui enchaîne les combats. Pour ce faire, on manage notre équipe, les recrutant, les équipant et les entraînant puis on s’occupe des affrontements. Un bon petit jeu sympa qui passe bien le temps.

capsule_616x353

  • Jeu de rôle/concours d’écriture de scénario : encore un projet qui va me prendre un temps fou ! Et j’attaques avec deux mois de retard. Il m’en reste donc deux pour écrire un scénario de cinq à huit pages sur la thématique « Mettez en avant une légende locale autour des créatures de la nuit. Vampire, Loup-Garou, Fantôme, Sorcière, Mort-Vivant ou encore Chasseur de monstres, plongez les joueurs au cœur de la Légende !« . J’ai mon idée de départ et mon cadre. J’ai quelques sources à aller explorer. Va falloir se mettre à la recherche maintenant et cadrer tout ça.
Vrac 22

Vrac 21

Et un petit vrac pour faire le point sur quelques lectures, jeux et autres choses :

  • Youtube/David Starr | Everything is Political
    • Beaucoup de contexte :
      • Joseph Montecillo, je dois déjà en avoir parlé, c’est un youtuber philippin (la nationalité a son importance) qui parle de façon très intelligente de catch et le rapproche d’autres éléments culturels.
      • Le président philippin actuellement c’est Rodrigo Duterte. Ce mec est un gros timbré (mais vraiment). Je vous invite à vous renseigner si vous ne le connaissez pas mais pour vous donner deux exemples parmi d’autres, il a avoué avoir tué des marchand de drogues quand il était maire « pour donner l’exemple aux forces de l’ordre » et a déclaré « Hitler a massacré trois millions de Juifs. Bon, il y a trois millions de drogués (aux Philippines). Je serais heureux de les massacrer ».
      • David Starr c’est une des tops stars du catch indépendant, extrêmement engagé à gauche et qui milite sans cesse, en particulier pour qu’un syndicat des catcheurs se mette en place. Pour vous donner un exemple, lorsqu’il est venu catcher en France en janvier dernier, il a débarqué sur le ring avec un gilet jaune.
      • Black Lives Matter a énormément d’écho dans le monde du catch et voit énormément de worker et de promotions se prononcer pour le mouvement. Parfois avec conviction (l’image de mon dernier article vient d’ailleurs d’un show de catch de la Chikara), parfois avec énormément d’opportunisme.
    • Encore une vidéo passionnante que je conseille à tout le monde, même si vous ne connaissez rien au catch et n’avez rien à en faire.
  • Livre/Catch, l’age d’or : un excellent documentaire sur l’histoire du catch des années 1920 à 1975 en France. Le style est parfois surprenant mais c’est une lecture passionnante, riche en information et en illustration.

catch

  • Série/Brooklyn 99 : j’en avais déjà parlé en bien ici. Personnellement, je suis à jour mais je voulais la faire découvrir à ma femme. Et, 7 ans plus tard, je suis toujours convaincu. Que cela soit pour la première saison que l’on vient de s’enchaîner ou de la septième que j’ai terminé il y a un peu plus de temps. Une des toutes meilleures sitcom de ces dernières années, toujours drôle, avec un excellent casting et qui arrive à se renouveler.
  • Livre/Cochrane contre Cthulhu : Ma dernière lecture. Le célèbre amiral de marine  anglais contre le grand ancien lovecraftien dans Fort Boyard featuring la garde impériale napoléonienne  et les frères Champollion. Le sujet me faisait de l’œil depuis un moment et j’ai fini par me plonger dedans. J’ai toujours peur lorsqu’on utilise le travail de Lovecraft mais c’est une très bonne adaptation ici. Et c’est bourré de qualité. Le scénario est prenant et bien foutu. Les deux personnages centraux bien décrits et intéressant. C’est très bien écrit et décrits. Les hommages sont adaptés et réussis. Enfin, le paratexte final est bourré d’information historique passionnantes sur Cochrane. Seules choses qui me gênent un peu, on ressent un peu trop l’admiration sans borne même si compréhensible de l’auteur pour Cochrane et j’ai cru ressentir une autre admiration pour la figure de l’Empereur. Bref, une fois de plus, je suis séduit par un bouquin d’un auteur sud-américain et j’ai envie de continuer de m’intéresser davantage à cette littérature en générale et cet auteur en particulier.

cochrane

  • Youtube/Nelson Pereira : Nelson est un chouette catcheur portugais passionné de l’histoire de ce sport. Il fait ici un très gros boulot de recherche et d’explication (en portugais sous titré français) sur la naissance du catch dans son pays. Passionnant !
  • Jeu de figurine/Briskars : mon obsession du moment. Du pirate animalier. 4 figurines peintes, 6 en cours. Décors en réflexion. Mais je reviendrais dessus plus tard dans un futur article thématique.
  • Jeu de rôle/For The Drama/Oriente : J’avais déjà parlé du site For The Drama dans un précédent article et Oriente est un jeu qui prend place dans l’univers de Millevaux (dont j’ai parlé ici). On a testé à 3 et nous avons été ravi par le rendu, entre onirisme et horreur. Vraiment, c’est bien écrit, simple d’utilisation et l’immersion se fait toute seule. Une réussite incontestable.
  • Jeu vidéo/Don’t Starve Together : A la recherche d’un jeu collaboratif  à tester pendant le confinement, nous nous sommes arrêté sur ce jeu de survie très cool graphiquement et bien exigent. On a été convaincu et j’ai bien hâte d’y revenir quand nous aurons un peu de temps !

starve

Vrac 21