Vrac 44, un petit Vrac?

Un vrac très rapproché du précédent, forcément ça sera bien court !

  • Film/Doctor strange multiverse of madness : ha oui, j’ai regardé ça, j’avais zappé. C’est pas mauvais, juste totalement oubliable malheureusement. Ha, c’est Sam Raimi qui l’a fait? On s’en rend même pas compte,…
  • Série/She Hulk, advocate : loin du torrent de critiques négatives que se prend la série après les 3 premiers épisodes (même si une partie de ces critiques sont terriblement sexistes,…), je passe de plutôt bons moments devant cette série. Non que ce soit réellement bon mais c’est assez agréable dans le genre petite série d’avocat. Oui, ce n’est pas The Good Wife/Fight mais ça n’en a pas la prétention.
  • Série/Our Flag mean death : le fun ! Un truc de pirate déjanté. Il faut passer les deux premiers épisodes puis ça devient juste hilarant. Et le casting est excellent au passage.
  • Livre/Le sentiment de fer : Un recueil de nouvelle dans l’univers de l’excellent Gagner la guerre ! et de Janua Vera (recueil de nouvelle des plus honnêtes). Un résultat assez inégal allant du tout à fait correct à l’excellentissime. Je passe sur L’elfe et les égorgeurs et La troisième hypostase pour me concentrer sur les trois autres nouvelles, à commencer par celle qui donne son nom au recueil et qui est une chouette histoire de voleur bien dans la lignée de Gagner la guerre (avec un mini point bonus parce qu’il cherche à voler un livre). Je retiens aussi Profanation, le témoignage d’un détrousseur de cadavre à son procès qui mélange la fantasy crasse avec les histoires judiciaires. Et surtout, l’excellente Désolation, une merveilleuse histoire de nain écrite à la Tolkien.
  • Livre/Construire un feu : Un London non lu trouvé en boîte à livre, quel coup de bol ! J’avais été déçu par Histoire des îles mais cette fois-ci, ça a fait mouche. Deux versions bien différentes de l’excellente nouvelles éponyme en compagnie de six autres histoires se passant dans le grand nord. Cela donne un ouvrage d’une grande qualité, à ranger parmi les (nombreux) excellents London.
  • Livre/Aux arbres, citoyens. : je continue dans mes lectures d’écolo de base. C’est très bien, plein d’informations intéressantes et de chouettes anecdotes. On n’apprend malheureusement rien de bien essentiel et inattendu mais cela reste une lecture des plus agréable. Ha si ! Il faut que je lise Walden.
Vrac 44, un petit Vrac?

Vrac 41, comme ces propositions qui vont sauver les urgences,…

Ola, j’ai du retard sur mes vracs. Je vais donc essayer d’être succinct :

  • Livre/Une parisienne à Lhassa : un peu décevant, cela ne restera pas dans les récits de voyage qui resteront dans ma mémoire malheureusement. La plume a beau être agréable, j’ai l’impression que tout tourne autour de l’autrice et de son « aventure » plutôt que de nous parler du pays, de ces paysages et des habitants. Peut-être avais-je trop d’attente face à cet archi-classique du genre?
  • Livre/Le dernier apprenti sorcier : Le Rêve de l’architecte, Les Disparues de Rushpool et L’arbre des pendus : je continue cette série et cela se lit toujours comme du petit lait. Cela faisait d’ailleurs bien longtemps que je n’avais pas lu de suite autant de livres d’un même auteur. Je pense que le quatrième volume (le Rêve de l’architecte) doit être mon favori de la série pour le moment, probablement à cause de cette thématique justement de l’architecture présente dans tous les volumes et qui prend ici toute sa place. Et peut-être aussi à cause d’un sacré rebondissement ! Le suivant est une mise au vert au milieu de l’ambiance habituellement urbaine.. Quand au sixième, j’ai moins apprécié. Il est fait pour résoudre pas mal de questions précédemment posées et ramène beaucoup de personnages secondaires. Cela reste digeste mais ça perd en sympathie.
  • Livre/Elisée Reclus : Géographe, anarchiste, écologiste : on avance mon éducation politique avec cette biographie d’un personnage aussi important que fascinant. Je ressors un peu mitigé de cette lecture, partagé entre le plaisir de découvrir la vie et la pensée de Reclus et mon exaspération face au style de l’auteur,…
  • Livre/Kirby O’Donnell : les aventures d’un aventurier américain par le papa de Conan. Rien à ajouter. De l’aventure, de la bagarre, du dépaysement. C’est aussi agréable à lire que ça sera vite oublié.
  • Livre/Urbex Session, le livre : un nouveau livre d’Urbex qui veut romancer les visites. Pas mal de redites avec ce que j’ai déjà lu à ce sujet. La couche de fiction n’est ni très bien écrite ni originale. Pas celui que je recommaderais.
  • Film/The Old Guard : lu pour du jeu de rôle, une sorte d’Highlander avec des bons sentiments. L’idée de départ est plutôt sympa, il y a quelques éléments très intéressant et un bon casting mais l’intrigue centrale bien décevante. Au moins, j’en ressort avec plein d’idées !
  • Film/Rêves d’Himalaya : un type qui traverse l’Himalaya à vélo en moins de deux mois. C’est beau mais assez répétitif et parfois même énervant par certains côtés.
  • Série/Lazy Company : Le débarquement façon Kaamelott. C’est grosso modo vendu comme cela et c’est grosso modo ce que c’est.
  • Série/We Own This City : la nouvelle série de David Simon et George Pelecanos sur le trafic de drogue à Baltimore. Deux épisodes et, comme prévu, c’est du pur plaisir.
  • Série/Miss Marvel : deux épisodes et j’ai apprécié. Une origine story classique, du Marvel classique mais un personnage intéressant. Je suis accroché.
  • Jeu de société/Cartographers : un jeu de cartographie. Plus géométrique que géographique. J’aime bien, madame un peu moins.

Vrac 41, comme ces propositions qui vont sauver les urgences,…

Un film de grande envergure ?

Il est rare que je consacre un article à une seule œuvre et cette fois, ce sera le cas. C’est que l’œuvre en question m’a marqué. Et c’est effectivement le cas pour Birds of America.

Birds of America, qu’est ce que c’est?

Il s’agit d’un film documentaire qui part sur les traces de Jean-Jacques Audubon (nommé d’après l’un de ses livres), un peintre français, ayant parcouru la Louisiane en cherchant à représenter tous les oiseaux qui peuplent cette zone au début du XIXe siècle. Partant de là, l’équipe retourne aujourd’hui sur les bords du Mississipi pour faire un constat de ces 200 ans d’évolution.

Le premier constat qui vient à l’œil du spectateur, c’est la beauté du film, entre les magnifiques peintures d’Audubon mise en parallèle aux paysages actuels, tant naturels que transformé par l’homme avec d’énormes usines et autres constructions industrielles (par moment, j’ai eu l’impression d’être face à certains paysages urbains de SF presque post-apocalyptiques). S’ajoutent aussi parfois d’anciennes photographies qui viennent compléter ces images. En bref, ça claque sévèrement.

Mais ça c’est pour ce qui est du fond. Parce que la grande force du film, c’est le fond. N’y allez pas pour voir un classique documentaire animalier, c’est plus que cela.

  • Comme attendu, le film parle énormément d’écologie avec toute ces espèces d’oiseaux disparues mais aussi des dégâts infligé par la pollution. C’est le sujet prévu et le film le fait bien. Mais j’avais peur qu’il ne fasse que cela. Heureusement ce n’est pas le cas.
  • Le second sujet prévisible, c’est la partie artistique. Et c’est aussi passionnant, en particulier tout l’aspect histoire de l’art que cela soit le positionnement d’Audubon par rapport à ce qui le précède (pourquoi il arrive pile à ce moment là, en quoi c’est novateur, en quoi ça se rapproche d’autres artistes sur des sujets différents,…), les évolutions qui vont suivre et en quoi il inspire encore aujourd’hui le street-art.
  • Sujet suivant traité par le film, forcément l’histoire des Etats-Unis, avec les gros moments d’histoire vécus de l’intérieur par Audubon et qui ont influencé sa vie puis la postérité de son œuvre.
  • Enfin, dernier sujet et principale surprise pour moi, l’aspect immensément politique de ce film. Et au-delà des thématiques écologiques. On y trouve pêlemêle des critiques des grandes entreprises, un parallèle très convaincant entre la disparition des amérindiens et des oiseaux (d’ailleurs, ce sont les amérindiens qui sont les plus présents parmi les personnes interviewées dans le film) et un état des conséquences dramatiques des diverses catastrophes sur les populations afro-américains.

Donc, si vous avez la chance de pouvoir le voir, je ne peux que vous inciter à vous intéresser à ce film, idéalement au cinéma. Il vaut vraiment le coup d’œil.

Un film de grande envergure ?

Vrac 40, L’intro des vracs n’ayant aucun sens, un vrac sans aucune intro

  • Livre/Les femmes aussi sont du voyage : comment dire,… Le livre est une intéressante réflexion sur le sujet. Mais ce n’est pas le livre que je voulais voir, je m’attendais à des présentations successives d’aventurières, pas à un travail plus transversal. Ce n’est néanmoins pas un défaut de ce livre, juste un décalage entre mes attentes et la réalité du bouquin (dont l’approche est surement plus intéressante d’ailleurs que ce que je pensais voir). Une fois ceci accepté, l’étude elle-même est très bien réfléchie et l’on ne peut qu’y souscrire. J’ai malheureusement trouvé l’ensemble relativement désagréable à lire avec pas mal de redites.
  • Livre/Une Cosmologie de monstres : une véritable déception celle-là. Un livre d’horreur ultra référencé et qui, de mon point de vue, enchaîne les clichés déjà lu dans divers bouquins et comics,… Pas du tout pour moi donc,…
  • Livre/Dans la dèche à Paris et à Londres : Récit autobiographique d’Orwell sur ses années de misère à Londres. C’est bien et j’aurais probablement adoré ce livre si Le peuple de l’abîme n’avait pas existé et n’était pas un livre aussi percutant. Forcément face à London, dur de faire le poids même si ce Dans la dèche à Paris et à Londres reste une lecture bien intéressante sur la situation des populations déshérités de cette époque.
  • Livre/L’abomination de Dunwitch : j’avais laissé ce recueil de nouvelle de côté sans me souvenir pourquoi,… Je l’ai repris et je me vite rappelé à quel point 95% des écrits de Lovecraft étaient des purges à lire pour moi,… Tellement rude à lire malgré quelques pépites et un univers monumental,…
  • Livre/Explorations urbaines, analyse et récits du Grand Lustucru : une analyse des différents mouvement récents sur l’exploration urbaine jusqu’à la présentation du groupe de l’auteur, Le Grand Lustucru. Puis une présentation de sa production poétique. Forcément cela m’a plu et je trouve que c’est une très bonne suite pour l’excellentissime Walkscape. Une nouvelle source d’inspiration me donnant envie de mettre en pratique certains éléments et de redécouvrir ma ville autrement.
  • Livre/Dictionnaire amoureux des explorateurs : cela fait un moment qu’il traîne dans ma bibliothèque et j’avoue beaucoup aimer y revenir pour consulter un article ou me renseigner sur un explorateur. Pas grand chose à dire de plus si ce n’est le recommander.
  • Film/Hit the road : Haaaaaaaa, un film. Et un retour au cinéma. Rien que pour ça, ça fait plaisir. Pour ce qui est du film lui-même,… Dieu que c’est beau ! Au niveau de la photographie, c’est juste une tuerie. Ensuite, le contenu,… Une histoire de famille dans l’Iran actuel. Le film serait presque parfait s’il se passait davantage de chose et s’il n’était pas empli de longueurs,… J’ai malgré tout passé un bon moment mais je ne suis pas certain que sans l’aspect « retour au cinéma après un trop long sevrage » cela aurait été autant le cas. Et les thèmes me parlent beaucoup ce qui ne sera pas le cas de tout le monde.
  • Film/Spider man, no way home : changement d’ambiance avec une mise à jour Marvel. J’avais beaucoup aimé Homecoming et détesté Far from Home. Qu’en sera-t-il cette fois-ci? Je dirais que c’est à mi-chemin. Le scénario est brouillon, le film assez convenu. Mais c’est une véritable partie de plaisir, hommage à tous les films Spider-Man fait jusque là. Rien de transcendant mais le genre de truc qui file le sourire et qu’on oubliera vite. Ce que Marvel sait faire de mieux !
Vrac 40, L’intro des vracs n’ayant aucun sens, un vrac sans aucune intro

Vrac 36, la routine

Quelques trucs suite à cette fin janvier bien débordée. C’est parti :

  • BD/Freaks Brothers : je l’ai depuis un sacré moment, j’en avais parcouru l’essentiel sans avoir tout lu. Un classique de la bande dessinée Underground. Graphiquement c’est assez bluffant. Quand au contenu, c’est fun et impertinent sans être réellement mémorable.
  • Livre/Et quelque fois j’ai comme une grande idée : un roman monumental. Tant par la taille que par le contenu. Un histoire de famille et de syndicalisme dans les forêts profondes de l’Oregon. Et c’est juste une tuerie. Il faut juste réussir à réussir dedans et s’habituer au style un peu particulier. Et, comme toujours avec les livres de chez Monsieur Toussaint Louverture, c’est un magnifique ouvrage.
  • Série/Goliath : J’en ai lu du bien, j’aime beaucoup Billy Bob Thornton et les séries d’avocats donc je me suis laissé tenter. Et la saison un est une véritable réussite. Très bon casting, un scénario tiré au couteau, une réa solide, cette série a vraiment tout pour elle. Je vais continuer avec plaisir.
  • Série/Raising Hope : J’avais vu cette sitcom familiale (une famille paumé qui élève une gamine) il y a un moment (en 2013 je kiffais la saison 3) et j’avais beaucoup aimé. Là, on cherchait un truc à regarder en couple après avoir fini de dévorer Parks and Recreation et je suis retombé dessus. Et c’est toujours aussi bien, drôle et touchant même si en tant que père je l’apprécie avec un autre point de vue.
  • Film/Licorice Pizza : petit ciné et grand plaisir avec ce nouveau Paul Thomas Anderson. Ce n’est pas un grand film mais c’est excellent. Visuellement magnifique, histoire sympathique, bande son excellente (facile vu la période), casting talentueux (avec des guests totalement improbables),… Le genre de séance dont on ressort heureux, tout simplement.
Vrac 36, la routine

Vrac 35, ça joue beaucoup

Peu de voyages à Paris ces temps-ci, un roman bien épais et c’est une période sans trop de lecture. Mais j’ai plein d’autres choses pour vous !

  • Expo/Traversées du paysage – Jean Anguera : Les expos en tant de Covid, c’est compliqué,… A Orléans, nous avons la chance de disposer d’une collégiale transformée en centre d’exposition avec une programmation qui ne m’a jamais déçue jusque là. Et celle-ci n’a pas été une première, bien au contraire avec cette découverte, pour moi, du travail de Jean Anguera. Un véritable coup de cœur pour moi (bon, ça connecte avec le Land Art et avec Stalker, donc aide aussi à me parler).
  • Jeu de société/Cartaventura Vinland : Un livre dont on est le héros transformé en jeu de société et donc jouable à plusieurs. Tout le monde a été convaincu que cela soit nous ou mes parents. C’est beau, sympa mécaniquement et ça arrive à nous transposer dans l’univers des explorateurs vikings. Une réussite immédiate et j’ai hâte de découvrir les autres jeux de la série.
  • Jeu de société/Lueur : visuellement, c’est un coup de cœur immédiat. C’est juste somptueux et l’ensemble est extrêmement cohérent. Au niveau de la partie technique malheureusement, c’est un peu plus compliqué. J’ai l’impression qu’il y a des soucis d’équilibre et de gap entre gros et petits joueurs. Mais franchement, j’ai envie de lui redonner une chance, rien que pour ses qualités graphiques.
  • Film/L’étoile de Noël : un dessin animé assez décevant,… Graphiquement, c’est basique, au nouveau de l’histoire aussi. Mais c’est beaucoup trop marqué pour moi,…
  • BD/Jeremiah 38, Tu piges? : S’il y a une série traditionnelle de BD Franco-Belge que j’apprécie, c’est bien celle-là, un de mes points d’entrée dans le post-apo. Malheureusement cet album est l’un des plus décevant. C’est du Jeremiah, c’est sûr. Mais ça correspond exactement au résumé classique des albums de cette série. Rien de plus, rien de moins (si ce n’est le scénario). Pas de surprise, pas d’élément vraiment marquant. Triste.
  • Jdr/Duck Tales : j’avais besoin d’un truc à faire jouer à mes enfants. J’ai bidouillé un truc où l’on incarne Picsou, Tagada Jones et Geo Trouvetou, un petit système de règle et un scénario basique et c’est parti. Joué à deux reprises (avec ma femme en renfort pour la première et ma mère pour la seconde) et ça a très bien marché pour des séances de 30/40 minutes. On continuera !
  • Jeu de figurines/Savage Core : mon grand veut jouer depuis un moment aux figurines, je lui avais promis qu’il pourrait. Et cela m’a semblé le jeu idéal, en simplifiant un peu dans un premier temps. Trois hommes préhistoriques pour lui, trois Guerriers jaguars (avec des figurines de guerriers africains) pour moi et ça a roulé tout seul. Là aussi, une grosse réussite.
Vrac 35, ça joue beaucoup

Rewind, un truc par an, 32 ans.

Comme il y a deux ans, l’an dernier, j’ai fait une liste de choses marquante sans me cantonner aux livres, séries et film mais en l’ouvrant aux jeux. Voici la liste en question :

Balada Trista
Banshee (la série)
Bilbo le Hobbit (le bouquin)
Buffy
Cahier d’un retour au pays natal
Community
Confrontation (jeu de fig)
De cape et de croc
Doctor Folamour
Donjon et Dragon (jdr)
El día de la bestia
Horreur à Arkham (jeu de so)
Initiation à la littérature fantastique
L’aiguille creuse
La Chute de Londres
La Frontière (jdr)
Le cycle des princes d’Ambre
Le cycle du disque monde
Les quatre Mad Max
Magic (jcc)
Malcolm
Mythologies (de Barthes)
Nadja
O Brother
Perdido Street Station
Sandman
Snowpiercer (le film)
Terra X (jdr)
The big Lebowsky
Transmetropolitan
Twilight impérium (jeu de so)
Watchmen (bd)
Rewind, un truc par an, 32 ans.

Rewind, un truc un an, 31 ans.

Il y a deux ans, pour mes 31 ans, j’ai décidé de poster sur Facebook une liste de 31 lectures ou visionnages qui avaient été marquant pour moi. Pas de classement, pas trop de temps passé dessus, je sors les 31 premiers qui me passent par la tête. En ayant en tête de refaire la même chose chaque année, sans consulter les listes précédentes au préalable.

Mais Facebook n’étant pas idéal pour conserver ce genre de chose, je me suis dit que j’allais les transférer ici. Voici donc la première liste que j’avais posté, classée par ordre alphabétique :

800 balles
Ambre
American Gods (le bouquin)
Balada Trista
Blacksad
Cahier d’un retour au pays natal
Community
De cape et de croc
Docteur Folamour
Donjon et Dragon
Elric
Fight Club (le bouquin)
Initiation à la littérature fantastique
Le cabinet de curiosité de Guillermo Del Toro
Le cycle des épées
Le K
Le mythe de Cthulhu
Les quatre Mad Max
Les Rougon-Macquart
Les sorcières de Zugaramurdi
Malcolm
O Brother
Perdido Street Station
Personne ne gagne
Rougemuraille
Sandman
The Big Lebowsky
The City and the city
The Party
Transmetropolitan
Voyage au bout de la nuit
Rewind, un truc un an, 31 ans.

Vrac 34, avec un peu de Noël dedans.

Quelques petites choses dont j’ai envie de parler en cette toute fin d’année :

  • Livre/Astérix et le griffon : j’ai reçu le dernier Astérix pour Noël après avoir plusieurs fois hésité à me le prendre moi-même. Et je dois dire que j’ai été très agréablement surpris par cette lecture. L’esprit est respecté même si j’ai senti un léger changement, pas forcément en mal d’ailleurs, dans l’humour. Quand à l’histoire, elle est sympathique même si j’ai trouvé l’ensemble un peu court.
  • Série/Hawkeye : beaucoup de Marvel cette fois-ci en commençant par la série autour de ce sidekick habituel des films, personnage auquel j’accorde bien peu d’importance. Et j’ai été des plus agréablement surpris par l’ensemble. Le scénario est basique (comme d’hab avec Marvel) mais assez solide (juste un des choix sur la fin qui m’a fait hurler). Le casting va du correct au fabuleux (avec l’arrivée d’un acteur/personnage fabuleux de chez Netflix). Bref, une bonne série de super/action bien fun.
  • Film/Shang chi et la légende des dix anneaux : toujours chez Marvel avec un film cette fois-ci. Et je suis passé totalement à côté, probablement par désintérêt pour les films d’art martiaux d’ailleurs alors que c’est ni pire ni meilleur que d’autres films de super-héros.
  • Jeu de société/Vilainous Marvel : Et on continue dans le transmédia avec ce jeu permettant d’incarner des vilains qui se mettent des saloperies dans les roues pour remplir au plus vite leurs agendas. Deuxième partie pour moi et je dois dire que j’aime beaucoup. Le jeu m’a semblé assez équilibré malgré une asymétrie vraiment poussée très loin. On a énormément de choix très intéressants et impactant tout au long de la partie,… Bref, un très gros plaisir que ce jeu !
  • Figurines/7TV Apocalypse : 7tv, c’est un jeu pour jouer des parties de figurines façon épisode de série télé ou films, ici en version post-apo donc. Je n’ai pas (enfin, pas encore) mis la main sur les règles qui me tentent bien mais j’ai craqué sur certaines des figurines qui me plaisent bien et qui sont, pour le moment, des plus agréables à peindre.

Voilà pour cette fois-ci, dans un hommage involontaire aux articles d’une certaine épicurienne qui, lorsqu’elle fait des recommandations, bien intéressantes, présente un élément de chaque support.

Vrac 34, avec un peu de Noël dedans.

Vrac 34, long time no see.

Ce vrac n’est pas des plus chargé mais entre les figurines et les suites de série déjà évoquées dans d’autres articles, on a fait le tour d’une bonne partie de ma vie culturelle de ces derniers temps. Quelques éléments néanmoins :

  • Revue/Relief : Attiré par la couverture, je l’ai feuilleté au hasard en librairie et me suis immédiatement laissé convaincre d’acheter ce numéro hors série regroupant des articles des douze premiers numéros de cette revue semestrielle « dédiée à la nature, à l’aventure et à l’exploration ». Et franchement, je ne peux que vous conseiller d’y jeter un œil. C’est très dense, approfondi tout en restant accessible et intéressant. Sans oublier l’objet lui-même qui est un très beau travail d’édition.
  • Livre/Americanah : une nigérienne qui revient à Lagos quinze ans après l’avoir quitté pour faire ses études aux Etats-Unis, le tout sur fond d’histoire d’amour. Ce livre arrive à mélanger légèreté et sérieux, humour et gravité, frivole et sérieux, le tout avec une plume des plus agréables. Plus encore, la construction du récit est juste magistrale. Vraiment une excellente lecture !
  • Livre/Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation : Aie. Ce livre avait pourtant beaucoup de chose pour me plaire. Un recueil de nouvelle d’anticipation surréaliste sur la communication des animaux, rédigé comme des discussions entre scientifique. Mais je ne saurais dire pourquoi cela n’a pas marché avec moi, si c’est le style ou le contenu mais ce n’est pas passé avec moi malheureusement.
  • Film/Zebulon et les Médecins volants : la suite de la première aventure de Zébulon que j’avais vu au cinéma avec mon ainé. Cette fois-ci j’y ai été avec mes deux garçons et ils ont tout les deux adorés. Personnellement, je l’ai trouvé en deçà du précédent mais ça fait bien le taff quand même.
  • Film/Cuisine et dépendance : Une comédie française? Ici? Et le pire, c’est que c’est moi qui ai choisi ce film, convaincu par l’excellente chaîne youtube Calmos qui m’a rappelé que j’aimais beaucoup Jaoui et Bacri. Et naturellement, j’ai passé un excellent moment, c’est drôle, touchant, bien écrit et tout aussi bien joué. Un excellent choix.
  • Youtube/Minibricks : Un truc de fou ! Une youtubeuse qui réalise des dioramas juste hallucinants inspirés de films (souvent d’horreur). La qualité de son travail est juste hallucinant.
  • Visite/Samara : Pendant quelques jours aux dernières vacances, nous avons été passer du côté d’Amiens et en avons profité pour visiter ce magnifique site touristique entièrement tourné autour de la vie à la préhistoire. Place de la femme, tir à la sagaie et au propulseur, funéraire, habitat, chasse, feu, artisanat,… Toutes ces thématiques sont abordés par des guides d’une grande qualité. Et le site est vraiment énorme, laissant une place très agréable à la nature et à la balade. On a tous apprécié, adultes comme enfant. Une excellente découverte.

Vrac 34, long time no see.