Vrac 30, train = lecture

Bon, je commence à avoir assez de matière pour faire un nouveau vrac, il va donc être temps que je m’en occupe. C’est donc parti ! Quelques petits retours (essentiellement de lecture en ce moment) :

  • Livre/Faillir être flingué : plein de destins qui se croisent dans le Far-West et arrivent toutes dans une ville en train de naître. Un western choral donc. Assez inédit dans mes lectures et dans ce que je peux voir passer. Et ce livre a été un vrai plaisir. D’abord par le style qui est extrêmement plaisant. Ensuite par le contenu. Après un certain temps d’adaptation et de mise en place des personnages, les choses se lancent et c’est un véritable plaisir.
  • Livre/Tout Ankh-Morpork : Guide touristique exhaustif : Un guide fictif de la fantasque ville d’Ankh-Morpork. C’est très plaisant de retrouver des éléments que l’on connaît dans le disque monde et l’humour de Pratchett. Et je suis toujours amateur de belles cartes citadine.
  • Livre/Les émeutes raciales de Chicago : On reste dans l’urbain mais on change totalement de style avec ce reportage sur les émeutes de 1919 à Chicago (non pas sur les événements eux-mêmes mais davantage sur le contexte). Et c’est une sacré claque, tant pour la qualité du travail journalistique que pour le sujet lui-même. Et sur ces deux points, c’est passionnant autant pour ce que ça nous dit de l’époque où cela a été écrit que pour les parallèles que l’on peut dresser avec notre monde, 100 ans plus tard (tant en France qu’aux Etats-Unis). Et c’est, une fois de plus, un magnifique travail éditorial.
  • Livre/Pour l’intersectionnalité : l’intersectionnalité, on en entend parler, on sait vaguement (ou pas) ce que c’est,… Mais dur de le définir correctement et d’en faire un historique réel. Ce petit volume vise a réparer ces lacunes et le fait avec succès.
  • Livre/Le fond du ciel : Je vous ai déjà parlé de Mantra? Non? Et bah allez le lire. Et Le fond du ciel, c’est le second ouvrage du même auteur que je lis. Une histoire d’amour avec de la science fiction et dont une partie de l’histoire a pour cadre le milieu des auteurs de SF américain du début du 21e siècle. Et c’est,… déroutant. J’ai parfois été lâché mais j’ai beaucoup aimé certains aspects. Forcément, les références multiples à l’histoire de la SF, ça me parle. Mais cette belle histoire d’amour écrite avec la patte de Fresan, ça marche très bien. Pas une merveille au niveau de Mantra mais un grand plaisir.
  • Série/Loki : série Marvel assez quelconque sur sa première moitié malheureusement. Je retiendrais quelques sympathique moments Wes Andersonniens avec Owen Wilson et c’est à peu près tout pour le moment. De tout ce dont je parle dans cet article, ça doit être ce que je recommande le moins.
  • Exposition/The Parisianer, chroniques du Museum : une exposition en plein air dans les jardins du Museum. 21 affiches par autant d’artistes qui illustrent l’histoire et le futur de cette institution. Et qu’est-ce qu’elles sont belles ces affiches !
  • Série audio/MARS CODE AURORA – Archives de l’Arche Six : oui, je trouve le moyen de vous parler de Mars Code Aurora dans un vrac ! Une petite série audio des plus agréables dans l’univers du jeu de figurine, que l’on peut écouter avec plaisir en connaissant ou non le jeu.
  • Film/Les ours gloutons : retour au cinéma en famille avec ce chouette film pour enfants. Les images sont simples et plutôt jolies, les histoires sympathiques et amusantes. Un bon film pour les 3/5 ans qui peut aussi plaire aux plus grands.
Vrac 30, train = lecture

Un chaînon manquant?

Il y a des livres qui surprennent et marquent. Et je pense que celui-ci va en faire partie. Par sa qualité, naturellement, mais aussi et surtout parce qu’il est en quelques sortes un chaînon manquant permettant de lier nombres de mes lubies. Il s’agit du livre de Francesco Careri, Walkscapes, La marche comme pratique esthétique.

De quoi s’agit-il que ce livre ?

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un ouvrage sur la marche, comme pratique esthétique et surtout artistique. Comment, à travers elle, on peut envisager différemment le monde, le paysage et la ville. ça parle géographie, art, architecture, urbanisme mais aussi politique. Le tout organisé autour d’une mise en contexte chronologique en nous le long des évolutions de l’Art contemporain au XXe siècle, en passant par Dada, le Surréalisme et le Situationnisme et leurs approches diverses de la marche et de la ville.

L’auteur, Francesco Careri donc, est un architecte italien né en 1966 et qui a fait parti de Stalker, un laboratoire d’art italien associant architecture, art, urbanisme et science social visant à se réapproprier la ville et ses interstices à travers ces différentes disciplines. L’ouvrage comporte d’ailleurs le manifeste de ce mouvement qui est un bon complément au reste du texte.

Et donc, pourquoi est ce que ce serait une sorte de chaînon manquant?

Parce que cela parle de tellement de choses qui m’ont intéressé ces derniers temps, de tellement de mes nombreuses monomanies. Cela parle à :

  • L’Amaury qui ne connaît rien à l’art contemporain et qui a commencé à s’y intéresser il y a quelques années de cela, s’intéressant d’ailleurs particulièrement à certains mouvements mis en avant par ce livre (Surréalisme, Land art,…)
  • L’Amaury qui s’intéresse aux façons de se réapproprier notre environnement en général (un coup d’œil ici à nouveau) et la ville en particulier (je parlais de Demain la ville dans ce vieil article). Il y a aussi d’ailleurs là un lien avec mon intérêt pour l’Urbex. Forcément, je ne peux que renvoyer à cet article, qui a bientôt cinq ans maintenant et donc celui-là est un sacré écho.
  • L’Amaury rôliste qui a déjà un gros penchant pour la ville comme terrain de jeu et l’exploration comme mode de jeu (et regardez le tableau ci-dessus ou la carte ci-dessous,… C’est tellement utilisable en l’état pour du jdr,…)
  • L’Amaury gauchiste qui ne peut qu’apprécier cette volonté de se réapproprier notre environnement et ce que Stalker a tenté de faire avec cela par rapport aux populations nomades et aux gens du voyage.
  • L’Amaury qui sortait seul au début de la nuit pour arpenter Orléans au hasard pour la redécouvrir à une autre heure et en prenant des rues inhabituelles. Cela fait bien longtemps que je ne l’ai pas fait et lire ce livre m’a donné envie de le refaire.
  • L’Amaury qui aime les cartes et commence à en accumuler quelques unes. D’ailleurs, j’envisageais d’en acheter une un peu particulière depuis quelques temps et j’ai fini par craquer… Elle ne devrait pas tarder à arriver (prochain vrac probablement).

Bref, un livre clairement marquant pour moi et qui devrait rester bien longtemps dans ma mémoire, probablement d’ailleurs en impactant pas mal mes pensées et intérêt pour un bon moment. Je ne peux que vous conseiller d’y jeter un œil tant il est passionnant, même si vos obsessions ne sont pas les miennes !

Un chaînon manquant?