Mon catch en 2019

Bon, c’est décembre, c’est l’heure de faire des récapitulatifs pour l’année écoulée. J’ai parlé de pas mal de mes lectures et visionnages dans divers post donc je ne pense pas faire d’article là-dessus. Mais ayant été léger sur le catch, je vais faire de petits tops à ce sujet.

Avant de commencer, il faut préciser je n’ai que très peu regardé les grosses compagnies (sauf la CMLL) vu que ça ne correspond pas trop à mes goûts personnels. Du coup, ça parlera surtout indé US (et Chikara).

10 matchs dont je vais me souvenir de 2019 :

  • GCW Invisible Man vs. Invisible Stan le 4 avril. Deux hommes invisibles qui s’affrontent. Et ça donne une merveille de comédie maîtrisée d’une main de maître par le meilleur arbitre au monde. Visible légalement ici.  Joseph Montecillo en parle ici.
  • Chikara, Infinite gauntlet le 11 mai. Les matchs avec énormément de monde à la Rumble, c’est rarement bien. Mais ici, c’est une petite merveille. Tout dans la construction fait sens, dans les entrées, dans les affrontements, dans les éliminations,… On push les mecs à pusher, on fait avancer les storylines importantes et le final est monumental. Un grand moment.
  • CMLL Cavernario vs. Mistico le 24 mai. J’aurais pu choisir énormément de matchs de Cavernario qui est un des meilleurs catcheurs au monde et un usine à excellent 1 vs. 1. Comme toujours avec lui, c’est ici excellent et il arrive à tirer le meilleur d’un Mistico pas toujours convaincant habituellement mais qui brille dans cet affrontement. Le match est disponible légalement sur internet ici.
  • Chikara Dasher Hatflied vs Boomer Hatfield le 26 mai (oui, ce mois de mai était un sacré grand cru). Père contre fils, masque contre masque… Suite du gauntlet cité plus haut. Une belle histoire entre un vétéran et un novice. Je n’avais aucun doute sur le storytelling mais un peu sur le niveau in-ring. Et Boomer m’a fait mentir en sortant une sacrée performance et en se révélant avoir un très bon niveau.

ELSCUIjXkAEc_Kw

  • GCW Zayne/Deppen le 04 juillet. Cet étrange show de backyard a alterné les moments gênants et les matchs de qualité mais cet affrontement a juste volé le show et révélé au monde le talent de Zayne qui a ensuite pris son envol. Un truc de timbré.
  • DTT Konosuke Takeshita vs. Tetsuya Endo le 15 juillet. Aucune originalité ici mais pour moi qui regarde peu de puro, ce match là m’a marqué et vient conclure un excellent show. Un affrontement fabuleux entre deux sacrés athlètes qui commence tout doucement avant d’exploser après un sale coup sur la nuque. Puis du spot bien construit qui s’enchaîne. Et au niveau de l’histoire du match c’est aussi très solide.
  • CMLL El Sky Team (Mistico & Volador Jr.) & Caristico vs. La Sangre Dinamita (El Cuatrero, Forastero & Sanson) le 26 juillet. Un classique de la CMLL qui va à 100 à l’heure dans toute sa beauté. Côté technico, trois excellents high flyer. Et côté rudo, ce qui est pour moi le meilleur trio au monde. Le final ne plaira pas à tout le monde mais une fois de temps en temps, ça marche bien. Visible légalement et gratuitement ici.
  • Zona 23 Sadika vs. Sadik Maiden le 11 août. Un ring au milieu d’une casse automobile au Mexique. Deux catcheuses inconnues mais incontestablement talentueuses qui s’affrontent et enchaînent les spots fous. J’aime bien le catch ultra-violent une fois de temps en temps mais celui-là m’a vraiment marqué (j’aurais aussi pu parler de Tremont/Gage/Cannonball/Addy Starr ou de Havoc/Robinson).
  • Breed Pro Wrestling. Daniel Makabe vs. Carlos Romo le 07 septembre. Il y a beaucoup de matchs de Makabe que je vais garder en mémoire pour 2019 mais celui-ci sort du lot et est son premier match en Europe. Et en face, Romo (un autre de ces jeunes catcheurs que je guette) est bien au niveau et va sur le terrain de son adversaire en nous livrant ainsi une magnifique prouesse technique. Visible légalement et gratuitement ici.
  • OTT David Starr vs. Jordan Devlin le 26 octobre. Over The Top avait sorti un Devlin/Walter en mars puis un Starr/Walter en juin qui étaient déjà excellents. Mais la finalité de toute cette histoire, c’était ce Starr/Devlin préparé depuis si longtemps et qui est possiblement le plus grand match fait dans une fédération européenne dans l’histoire moderne du catch. Rien que pour le travail de promotion et que pour l’ambiance survoltée de la salle de Dublin, ce match mérite sa place dans ma mémoire. Mais avec le in-ring qui suit…

10 catcheurs qui m’ont marqué cette année :

  • Daniel Makabe. J’en ai déjà parlé ici. Jusque là, il était cantonné à 3 2 1 Battle, en sortant à peine et en 2019 il a pris son envol, luttant dans de plus en plus de fédérations de plus en plus prestigieuses contre des adversaires de plus en plus renommés et enchaînant les performances techniques toujours aussi régulières. Un des meilleurs techniciens si ce n’est le meilleur technicien du catch. Et un état d’esprit qui semble irréprochable avec une grosse culture catchesque.

ELSCUIjXkAEc_Kw

  • Kris Stadtlander. Elle s’est révélé en début d’année (voir cet excellent match contre Ashley Vox) avant d’exploser dans la foulée. Elle a le talent, elle a le charisme, elle a tout,… Des catcheuses comme elle, on en voit rarement dans l’indé et un tel talent à son âge, elle peut aller très haut. Jusqu’à cette année, je ne voyais personne avec qui comparer Sara Del Rey mais je crois qu’on a trouvé. Et on ne pourrait faire plus beau compliment.
  • Tony Deppen. Lui aussi a passé un palier cette année en luttant de plus en plus souvent et en sortant de bons matchs comme un métronome. Si Zayne a explosé, ce n’est pas étonnant que cela soit contre lui que se soit fait cette révélation. Si le match de Dustin Thomas a autant fait parler, ce n’est pas étonnant que ce soit contre Deppen. On risque de le voir encore monter en 2020.
  • Quackenbush. Le maître. Il a relutté, enchaîné les chouettes matchs et affronté à la fois de jeunes grands talents (Bate, A-Kid) et des vétérans qu’on ne voit plus beaucoup (Billy Roc, Arik Cannon). Quel plaisir de le voir dans le ring.
  • Ophidian. Quelle année ! Mais quelle année ! Tout ce qu’il y avait à gagner à la Chikara il l’a défoncé. Et tellement de bons matchs là ou en dehors (même en France !). Il a toujours eu un très bon niveau et un catch atypique mais il est au sommet de son art là !
  • Aigle Blanc. L’avenir du catch français. Je sens que ce mec a tout pour lui et c’est vraiment le worker français qui m’impressionne à chaque fois que je vois un de ses matchs. Je ne peux que vous conseiller ce match contre Scotty Davis.
  • Chris Dickinson : Quelle année que fait le Dirty Daddy, enchaînant les gros matchs et tout ce que la terre peut porter de bourrin dans des performances de bœuf avec Daisuke Sekimoto en point d’orgue. Il a vraiment porté Beyond Wrestling sur ses épaules et je suis certain que cette fédération lui doit beaucoup. Indépendant et se le revendique, forcément, je ne peux qu’aimer.
  • Warhorse. Le nouveau porteur du titre independant wrestling et il le fait très bien. Une des grosses révélations de cette année.
  • Eddie Kingston. Eddie catch. Et il le fait toujours aussi bien. Eddie parle. Et personne ne le fait aussi bien que lui.
  • Timothy Thatcher. Une belle année à la wXw enfin couronnée. De grosses performances aux Etats Unis. Encore un des meilleurs catcheurs techniques actuels.
ELSCUIjXkAEc_Kw
Une des images de cette année.

5 trucs qui m’ont plu dans cette année :

  • Je ne suis pas le catch français mais j’avoue que 2019 m’a donné envie de m’y mettre et d’aller voir les shows. Entre une nouvelle génération talentueuse, des invités de qualité et des tentatives d’écriture de belles story. J’avoue avoir un coup de cœur pour l’Atlas Wrestling Club qui défonce tout au niveau de la communication et a les cartes qui me motivent le plus.
  • La NWA, c’est l’histoire du catch. Et quel plaisir de les voir retrouver un peu de momentum avec un produit de qualité respectueux de leur propre passé. Certes le in-ring est aux fraises à côté d’autres grosses fédérations mais ils le savent et ce n’est pas ce qu’ils nous vendent !
  • Chikara Once Upon A Beginning. Mon event préféré de l’année avec six bons matchs sur les huit, de la variété et quelques merveilles.
  • L’écriture à la Chikara. Les six premiers mois de l’année autour de la ceinture, l’histoire père/fils, Still Life qui se fait renier et cherche sa voix, Juan qui devient américain, Missile Assault Man vs. Wicked… Globalement c’est très bien écrit. Et il y a la grosse storyline de l’année avec la naissance de cette secte, le Crucible, qui a été extraordinaire.
  • Beyond Wrestling qui se lance dans des épisodes hebdomadaires de qualité avec un chouette roster faisant briller de nombreux workers. Le discovery gauntlet (chaque semaine un nouveau rookie débarque et se bat contre le tenant) est une belle initiative et a vraiment été une réussite dans l’écriture (le phénomène Thomas Santell c’est quelque chose,…). Aux commentaires, on retrouve l’excellent Bakabella toujours aussi talentueux. Et enfin, c’est un plaisir d’y retrouver autant de matchs mixtes d’une qualité hallucinante tout en variant les worker : Kylie Rae/Orange Cassidy, Mercedes Martinez/David Starr et Kris Stadtlander/Joey Janela, John Silver/Leyla Hirsh, Maria Manic/Nick Gage. Cinq matchs, dix workers, cinq belles performances mémorables dans des styles tous différents.

ELSCUIjXkAEc_Kw

5 trucs qui m’ont déplu dans cette année :

  • J’aime la CMLL et leur début d’année a été honorable. Mais ces derniers mois c’est catastrophique depuis la mort de Francisco Alonso Lutteroth (leur président) en juillet. Niveau qui faibli, départ de leur plus grande star (Rush) et d’un de leurs meilleurs prospects (Dragon Lee), booking indigent, show anniversaire des plus moyens avec un main event foireux… Ils ont les reins en béton et ne risquent pas grand chose mais cela reste désespérant…
  • Le pillage par les grandes compagnies des plus jeunes talents,… Kris Statlander, elle est fabuleuse mais elle vient à peine d’arriver. Et déjà elle signe. Idem pour des mecs comme Jungle Boy ou Marco Stunt. Ils n’ont plus le temps de grandir et de donner au circuit indépendant. Autant certains vétérans (Keith Lee, Orange Cassidy, Bryce Remsburg, EYFBO, 3.0, Super Smash Brothers…) vont me manquer mais ils l’ont bien mérité et ça fait plaisir de les voir enfin bien gagner leur vie grâce au catch.
  • L’AEW. Elle est arrivé avec de gros objectifs, l’envie de révolutionner le catch. J’y croyais un peu. Mais au final, j’ai l’impression d’avoir un mix entre la WWE et la PWG sans vraiment d’âme. Dommage d’avoir cette sorte de copycat…
  • L’état de la scène UK me désole. Ces fédés qui ferment et se font bouffer à cause de l’influence de NXT UK et de la NJPW qui influencent certaines promotions et les favorisent au détriment d’autres. Et la troisième vague AEW qui risque d’arriver…
  • La presse catchesque française comme internationale me désole pas mal. D’autres presses spécialisées se sont organisées et font du bon travail mais je ne vois pas grand chose venir sur le catch, en dehors du youtube éventuellement…

Voilà en gros ce que je voulais dire pour 2019, qui est pour moi un bon cru. En espérant que cela continue en 2020 et que le catch indé continue d’aussi bien se tenir.

Mon catch en 2019