Parasite

Bon, je vais pas être original là dessus mais j’ai pris un énorme pied en allant voir ce film.

1087814

Petite mise en perspective :

  • J’en suis arrivé à un point où je ne me rends plus trop compte à quel point le cinéma me manque. L’époque où j’y allais très souvent est lointaine et si le sevrage a été long et difficile c’est (malheureusement) derrière moi. Plus grand chose ne me tente dans les sorties et je peux manquer des immanquables sans trop en être affecté.
  • Du coup, les rares séances où je vais doivent être des coups sûrs et sont d’énorme plaisir à la base… et les frustrations beaucoup plus intenses (coucou The Dead Don’t Die). Rien que le tout ce qui entoure le film (la salle, l’intimité/la solitude au milieu d’une pièce comble, les bandes annonces et même ces pubs auparavant détestées) je le savoure beaucoup plus qu’avant. Sans parler des discussions d’après-séance.
  • De Bong Joon-ho, je n’ai vu que Snowpiercer (sur lequel j’avais fait un article) et Memories of Murder (excellent polar). Du film, j’avais vu la bande-annonce, l’affiche su pour la Palme d’Or et c’est tout. Cela me suffisait pour être extrêmement motivé et faire le maximum pour éviter toute autre information. Je vous invite d’ailleurs à arrêter votre lecture de cet article immédiatement, aller voir ce magnifique film puis seulement poursuivre la lecture pour ne pas vous faire parasiter (vous pouvez jeter un œil au post-scriptum qui n’a rien à voir).

Donc Parasite,…

Qu’en dire? Par quoi commencer?

On va évacuer l’évident et ce sur quoi je n’ai pas envie de m’étendre :

  • Visuellement c’est magnifique, irréprochable et plein de plan superbes.
  • Le jeu des acteurs est irréprochable et excellent.
  • Malgré leurs défauts (quel euphémisme), j’ai trouvé qu’on arrivait à s’attacher au personnage,…
  • Je ne me suis pas ennuyé un instant.
  • (petit plaisir perso) La baraque est architecturalement superbe (et très vite, on a la sensation de la connaître comme si on y vivait).

PYH2019052200750000500_P4

Voilà, maintenant évacué la base, je vais pouvoir revenir sur ce qui m’a réellement marqué dans ce film.

Et pour moi, la grande force du film, c’est son scénario et ce que Bong Joon-ho cherche à nous dire grâce à celui-ci. Le fait que la lutte des classes soit au cœur de Parasite, c’est une évidence pour tout le monde (on sent d’ailleurs bien le lien thématique avec Snowpiercer ici). Une lecture simpliste serait de voir une opposition basique entre le gentil riche naïf et le pauvre rendu méchant par le capitalisme. Mais se contenter de cela c’est passer à côté de l’essentiel du sous-texte du film, des rapports au sein même du « petit peuple », du fait qu’une fois sorti de ce système là, le seul but des « rescapés » c’est d’y retourner (le but de Kevin à la fin du film, c’est de devenir ce riche propriétaire ; le mec du bunker qui est reconnaissant envers son propriétaire/dieu), le côté cyclique/implacable du système,… Oui, vraiment, c’est beaucoup plus riche que cela.

Et se contenter d’une lecture lutte des classes comme je le fais là (par manque de temps), c’est aussi se priver de tout ce que le film propose sur d’autres thématiques que la vie de famille ou la superstition.

Ensuite, au delà du scénario, il y a ce que Parasite a remué en moi : tellement de plaisir jubilatoire et de fou-rires partagés avec la salle dans le début du film puis le couperet qui tombe d’un coup et le passage à autre chose. L’émotion, le dégoût, la peur qui saisit alors que le film change et que tout dégénère (alors même que l’on si attend). Et enfin, le générique de fin et le bonheur de se dire qu’on a vu un film merveilleux, riche et jubilatoire.

Et sortir de là. Me demander tant de chose sur ce film. Me dire que c’est similaire aux autres films de Bong Joon-ho mais encore un peu différent. Et penser à De La Iglesia. Pour les changements de tons et de genre au sein du film. Pour la critique sociétale. Pour les portraits sans concession des personnages avec une certaine tendresse. Pour la virtuosité technique… Et forcément, se dire que c’est totalement un style fait pour moi.

Et tant que j’en suis aux références et aux comparaisons. Pendant le film, j’ai aussi beaucoup pensé à Hitchcock. Jusqu’à ce que sa tronche (à Hitchcock apparaisse tout d’un coup alors que le père regarde un film dans son bain). La filiation est évidente.

Voilà. Tout ce que j’avais envie de dire sur ce film. C’est un avis foutraque. Mais depuis hier soir, ça fourmille dans mon esprit. Et la joie ressentie en sortant de cette séance est toujours là. Un sentiment si extraordinaire, non?

 

PS : Je suis actuellement un MOOC sur l’histoire de la SF (essentiellement en littérature). C’est gratuit, c’est disponible sur la plateforme France Université Numérique jusqu’au 26 juillet (inscription jusqu’au 19) et c’est réellement passionnant. N’hésitez pas d’ailleurs à jeter un coup d’œil régulier aux autres MOOC sur cette plateforme, il y a énormément de choix et de qualité !

Parasite

Vrac 9

Un vrac, ça faisait longtemps hein? Mais comme j’avais des choses à partager sans avoir envie d’épiloguer dessus, cela me semblait idéal.

  • Un peu de youtube/catch d’abord : j’ai récemment participé à une présentation vidéo sur la Chikara. J’ai tenté d’être bref mais lorsque je suis passionné c’est toujours difficile. En tout cas, c’était une chouette expérience. Vous pouvez retrouver mon intervention sur ces deux liens :
  • Bouquin (lecture en cours) / Magellan de Stefan Zweig : j’aime beaucoup tout ce qui concernent les grandes découvertes du 16e siècle et je suis tombé un peu par hasard sur cette biographie. Je dois dire que je n’ai jamais lu de bouquin de Zweig jusque là et je dois dire que c’est un sacré coup de cœur. Extrêmement bien écrit, histoire passionnante et une bonne remise en perspective. Je conseille vraiment d’y jeter un œil.
  • Série / Warrior : une série de castagne dans le Chinatown de San Francisco de l’après  Guerre de Sécession. Par les mecs de Banshee (ce qui est gage de qualité) et sur une idée de Bruce Lee. C’est dans la lignée de Banshee et donc ça marche bien : des gueules, des personnages, des clans qui s’affrontent dans un cadre bien déterminé et solide.
  • Bouquin / Lombres : encore du China Miéville. Je ne savais pas qu’il s’agissait d’un livre jeunesse donc j’ai été un peu décontenancé. Mais une fois lancé, j’ai bien accroché. C’est l’histoire de deux jeunes filles qui débarquent dans une Londres parallèle où échoue tout ce qui est cassé dans la « vraie » Londres. On reconnait le style de Miéville (univers riche et fouilli, sous-texte politique/écolo,…) et le rythme est excellent.
  • Film / The Dead Don’t Die : premier ciné depuis une éternité pour mois (août je crois). Et ça a été une énorme frustration pour moi… Plein de bonnes idées mais Jarmush en a rien à foutre de son film et ça se sent de plus en plus alors que le film avance. J’en suis sorti totalement dégoutté de voir un tel gâchis alors que j’étais assez motivé.
Vrac 9

Un peu de catch : Daniel Makabe vs Timothy Thatcher

Bon, ça fait longtemps que je n’ai pas vraiment parlé de catch ici et ça n’était pas au programme à vrai dire. Mais a été annoncé pour le 12 juillet prochain un match que j’attends maintenant avec impatience et qui fait suite à deux autres matchs que j’aime énormément : Daniel Makabe contre Timothy Thatcher chez 3-2-1 BATTLE! lors du show Wet Hot Seattle Summer 3. Cela m’a donné envie de revoir les deux précédentes rencontres puis d’écrire à ce sujet. D’où cet article.

Tout d’abord, un peu de contextualisation et une présentation de la fédération qui organise cela :

Capture.JPG

3-2-1 BATTLE!, une petite fédération de Seattle créée en 2012 qui a petit à petit grandit avant de prendre son rythme de croisière en 2016 avec 2 ou 3 événements par mois. Là dedans, des talents locaux inconnus qui travaillent essentiellement là et au Canada voisin. Quelques guests et un seul nom vaguement connu dans les regulars : B-Boy, ancien IWA, CZW, PWG et LU).

C’est une fédération qui se revendique régulièrement Underground, Weird et totalement WTF. Pour vous donner une idée des gimmicks débiles, on retrouve dans le roster actuel :

  • Pitfall Jones, un aventurier à la Indiana Jones (bientôt contre David Starr)
  • Jésus Christ Junior (oui, oui)
  • The Bird (un type habillé en oiseau jaune et bleu qui fait des fuck dans tous les sens et un énorme face)
  • 3-2-1 Battle Rangers (des power rangers)
  • JerBear The Killer & Officer Cole (un taulard psychopathe asiatique qui fait du kung fu qui se fait amener sur le ring par son gardien de prison)

Et ce n’est qu’une petite partie des habitués de la 3-2-1 BATTLE ! Moi qui adore les trucs WTF dans le catch, je suis servi d’autant qu’il y a régulièrement de bons matchs sur la carte. Les événements ont généralement lieu au sous-sol d’un bar de Seattle et sont diffusé gratuitement sur twitch (les matchs étant ensuite rediffusés sur Youtube).

Au milieu de cette fédération, il y a un type : Daniel Makabe, un excellent technicien, sur lequel la fédération semble compter. Pas de gimmick marquée ici, on a le classique student of the game/ring awareness et tout ce qui va avec. La fédération en est là quand elle annonce, pour le 28.07.2017, un match entre lui et Timothy Thatcher, vétéran et excellent technicien reconnu.

Ce match, vous pouvez le trouver en ligne ici  :

Quelques remarques :

Thatcher qui débarque (cette musique fait toujours de l’effet d’ailleurs) et qui se montre clairement mécontent d’être là dans une fédé goofy et face à un no-name. Makabe qui a tout le public (bien chaud comme d’hab chez 3-2-1 BATTLE !) derrière lui. C’est le classique vétéran trop confiant et arrogant vs underdog/newcomer avec Thatcher meilleur en tout que son adversaire. Mais celui-ci se bat et sort de tout avec de chouette enchaînements de move. Première fois que ces deux là se croisent et c’est vraiment extrêmement fluide et on sent une vraie chimie entre eux. La frustration gagne petit à petit Thatcher quand il voit que ses prises se font toutes contrer jusqu’à arriver à ce final. L’histoire est simple mais raconté à la perfection.

Le post-match est classique avec la marque de respect de Thatcher pour son jeune adversaire. Et je trouve la réaction de Makabe merveilleuse avec ses larmes et son émotion qui me semblent totalement sincères.

Par moment, j’ai envie de comparer Makabe avec Bryan Danielson,… et le voir gagner avec le Cattle Mutilation, ça n’aide pas à refréner cette envie… D’autant que je trouve cette prise vraiment magnifique.

Dans l’année qui suit, Makabe prend de plus en plus de place dans le roster de 3-2-1 BATTLE ! enchaînant les victoires, prenant le titre et devenant de plus en plus arrogant, expliquant que personne n’est au niveau dans la fédération. Il s’est auto-nommé « The Wrestling Genius » ce qui, je trouve lui convient bien.

Le staff décide donc de lui offrir un challenge à son niveau : un nouveau match contre Timothy Thatcher le 07/13/2018. Ce match, vous pouvez le trouver en ligne ici :

Quelques remarques :

Cette fois-ci c’est autre chose. Thatcher a la rage (c’est un mec agressif sur le ring, toujours, mais là j’ai trouvé que c’était encore plus marquant) et veut sa revanche alors que Makabe n’est plus le même homme et veut absolument montrer que sa précédente victoire était méritée et sans contestation possible. Étrangement, je trouve le match assez différent alors qu’il a les mêmes qualités et que certains spots sont repris et adaptés comme des références au premier match (les catcheurs ont revu le match et se sont adaptés). D’ailleurs, tout au long du match, on sent Makabe beaucoup plus menaçant et offensif que lors de la première rencontre. Son personnage a gagné en confiance et ça se sent.

L’avant match est d’ailleurs excellent, reprenant celui de l’année précédente avec Makabe qui se comporte comme s’était comporté Thatcher et qui manque de respect à l’écharpe que lui avait laissé son adversaire (élément auquel fera d’ailleurs à nouveau Thatcher en post match). Ces détails, c’est vraiment parfait pour appuyer ce que raconte le match… D’ailleurs, sur le post-match : Thatcher est généralement pas le style de mec à trop célébrer. Mais là, il fait sentir sa joie d’avoir gagné. C’est simple mais ça marche !

Une nouvelle fois, l’histoire est relativement basique mais raconté à la perfection. Pour moi ces deux matchs, c’est vraiment des modèles d’écriture de comment traiter un guest et de construire réellement quelque chose autour de sa venue. Le faire une fois c’est très bien. Arriver à le faire une seconde fois, c’est juste excellent.

A noter que l’arbitre qui officie finalement est Aubrey Edwards, une très bonne arbitre qui a aussi officié lors de la Mae Young Classic et de Double or Nothing (c’est elle qui a si bien réagit lors du match de Joshi et du finish manqué).

Et maintenant?

Un an plus tard, Makabe n’est plus champion (il n’a plus besoin du titre pour briller) et a commencé à prendre son envol, allant dans d’autres fédérations (nottament lors du Wrestlemania week-end) et partageant le ring avec des noms comme Jonathan Gresham, Rory Gulak, Chris Dickinson, Wheeler YUTA et Fred Yehi. Et son début à la wXw a été annoncé. Ce n’est donc plus juste la star locale et on commence à en entendre parler. C’est dans ce contexte que le troisième affrontement est annoncé et cela nous propose un nouveau match passionnant avec une autre histoire à raconter :

Capture2

Un peu de catch : Daniel Makabe vs Timothy Thatcher

jdr, qu’écouter?

(oui, plus d’un mois sans articles mais ça reste une pause courte par rapport à la précédente)

Ayant beaucoup de temps d’audition disponible que cela soit au travail ou dans les transports en commun, parmi tout ce que j’écoute, il y a énormément de jeu de rôle. L’offre se développe de plus en plus, gagnant en qualité et en variété. Dans le lot, il est parfois dur de se retrouver et de choisir. De mon côté, j’apprécie particulièrement les chaînes suivantes (par ordre alphabétique) :

  • Abolas. Petite chaîne qui fait essentiellement de l’horreur (lovecraftienne ou indé française)
  • Eric Nieudan. Nieudan est un auteur de jdr (et pas que) français assez passionnant à lire. Il a proposé une série de quelques épisodes en réunissant plusieurs de ses collègues pour des parties de OSR (jeux de rôle d’inspiration old school). D’une partie à l’autre, l’équipe change de MJ et de jeu dans un étrange multivers.
  • Icosaèdre. Du docu sur le jeu de rôle.
  • Pour une poignée de dés. J’en ai déjà parlé, c’est un podcast de Vampire Monde du Ténèbres (pour l’instant) avec un MJ qui revient au jeu de rôle après une grosse pause et des joueurs débutants. MAIS c’est surtout un groupe de podcasteurs expérimentés ce qui apporte une énorme plus-value.
  • Rôle’n Play. La grosse artillerie du moment qui fait du bruit. Black Book qui propose du jeu de rôle dirigé par Julien Dutel (créateur de jeu de rôle) qui fait jouer du Rêves et Dragons à des comédiens pros (énorme plus-value ici aussi)/joueurs débutants. A noter quelques hors-séries menés par Croc lui-même et l’apparition épisodique de Maxime Chattam (parrain de l’émission).
  • Roll The Dice. Un podcast étudiant qui a comme intérêt premier de proposer des parties (de qualité) d’Ambre.
  • Rôliste tv. LA chaîne de référence pour tout ce qui est de suivre l’actualité jeu de rôle.
  • Les voix d’Altaride. Ma chaîne favorite pour tout ce qui est discussion sur le jeu de rôle.
  • Samuel Ziterman. De la production industrielle avec énormément de parties mais toujours de qualité. En ce moment beaucoup de PBTA (Apocalypse World et les jeux qui s’en sont inspirés) et du Macchiato Monster (mon prochain achat méd-fan quand il sortira en France, jeu créé par Eric Nieudan (cf. plus haut)).
jdr, qu’écouter?