JDR : un peu de méthodologie, écriture de scénario

Pour ma campagne brigade chimérique, j’essaye de varier un peu dans l’écriture des scénar par rapport à ce que je faisais avant : je passe par ce que l’on appelle des relation-map. J’en ai rapidement parlé à mes joueurs et un d’entre eux m’a demandé plus de détails. Je m’inspire de diverses choses glanées sur les sites et forums de jeu de rôle francophones donc ce que je vais évoquer ici peut-être déjà connu de ceux qui ont l’habitude de faire le MJ.

Pour vous expliquer cela, je vais prendre un exemple inventé de toute pièce. Ce serait dans le cadre d’un jeu intitulé Cool-RPG et où l’on jouerai des types inspirés de films comme The Big Lebowsky et Inherent Vice (vous connaissez tous mon faible pour ce genre d’univers).

inherent vice

Les personnages sont Bill (la fille du propriétaire du bowling local où l’équipe a l’habitude de se retrouver), Mike (un hippie idéaliste engagé en politique qui se présente continuellement à la mairie mais ne se fait jamais élire) et Joan (ex-roadie de la star du rock d’origine mexicaine Joe Chihuahua).

Le cadre étant posé, je pars généralement d’un court pitch qui sera ici : « un promoteur immobilier véreux veut racheter et raser le bowling où les PJ ont leurs habitudes ». Simple, court et efficace.

Partant de là, je fais un schéma regroupant :

-les acteurs du scénario

-leurs relations respectives

Pour celui-ci, cela donnerait cela (les explications des relations sont généralement directement sur la map mais je n’ai pas pu le faire ici pour des raisons techniques) :

Relation Map

Voici les explications concernant les différentes flèches :

  • Groupe des PJs veut protéger le bowling
  • Le promoteur immobilier veut racheter le bowling pour une bouchée de pain
  • Le promoteur immobilier a engagé le gang de biker pour faire ses basses besognes
  • Les bikers s’en prennent régulièrement au bowling
  • Les biker et le gang latino sont en guerre
  • Le gang latino est fan de Joe Chihuahua
  • Le promoteur immobilier a soudoyé l’inspecteur sanitaire
  • L’inspecteur sanitaire essaye de faire fermer le bowling
  • Le promoteur immobilier fait du chantage au maire pour une histoire d’adultère
  • Le journaliste indépendant enquête sur le maire
  • Le journaliste indépendant enquête sur le promoteur immobilier
  • Le Maire a corrompu les grands organes de presse
  • Les grands organes de presses veulent museler le journaliste indépendant
  • Joan est la fille du propriétaire du bowling
  • Mike est un (petit) adversaire politique du maire
  • Bill a travaillé pour Joe Chihuahua
  • Le Maire fait pression sur le flic corrompu
  • La police enquête sur les gangs latinos
  • Le motard de police cherche à arrêter les bikers sans l’appui de sa hiérarchie

Une fois cette relation-map établie, je crée à côté de ça une chronologie de ce qu’il se passera si les pjs restent inactifs (en remontant un peu en arrière bien entendu) ainsi que quelques statistiques pour les personnages que les PJs risquent d’avoir à affronter. Une fois tout cela fait, mon scénario est jouable. Bien entendu, je peux toujours enrichir certains points si j’ai le temps mais cela suffit.

Je n’avais pas encore vraiment testé avant cette campagne mais ça marche vraiment bien et ça a plusieurs avantages  :

  • Gain de temps dans la préparation
  • On voit assez facilement les failles dans le scénario
  • Cela facilite vraiment la vie en cours de partie pour vérifier des informations

the big lebowsky

On peut aussi utiliser une méthode assez proche de celle-ci pour créer un univers de jeu en collaboratif avec les joueurs. Cela fonctionne bien mais faut un peu de bouteille du côté  des joueurs.

Cela suppose de commencer par une séance spécifique pour s’occuper de cette création d’univers de jeu et de la création des personnages. Auparavant, comme d’habitude, il faut choisir le style de jeu ainsi que le système de règle qui va avec.

Lors de cette séance, on commence par s’occuper de créer les personnages. Pendant que les joueurs s’en occupent, le MJ note les idées qui lui viennent en tête à partir de ce qu’ils évoquent et de ce qu’il se verrait bien intégrer. Dans cette création de perso, les joueurs peuvent évoquer quelques souhaits quand à leur historique ou leurs occupations mais il n’est pas utile de créer vraiment en détail cet historique, cela viendra après.

Une fois ceci fait, on passe à la création d’univers proprement dite, idéalement sur une feuille A3 ou A2. On commence par positionner les PJ au centre avec les relations logiques qui existent entre eux ainsi que les éléments essentiels qu’ils ont évoqués lors de la création de personnage. Ensuite, chacun, à commencer par le MJ, ajoute un élément (perso, organisation ou lieu) sur la feuille. Le MJ ajoute ce qu’il souhaite et a un droit de véto concernant les ajouts des personnages. Les joueurs, eux, doivent positionner des éléments connectés à au moins deux autres éléments (PJs ou pas). Une fois le tour de table fait, on recommence jusqu’à épuisement des idées ou jusqu’à ce que l’on estime le système assez fouillé. Après chaque partie, le MJ peut ajouter un ou plusieurs éléments, supprimer les éventuelles disparitions, modifier certaines relations ou laisser les joueurs proposer des évolutions.

Avec ce système, on finit théoriquement par avoir un univers assez cohérent et complexe. Cela se prête à mon avis très bien à certains types d’univers (je me vois bien utiliser cela dans n’importe quel jeu urbain, dans des jeux à la Buffy/Smallville ou dans du space opéra…).

JDR : un peu de méthodologie, écriture de scénario

Bon petit film.

Un très court article pour parler du film de Diastème, Un Français.un français

C’est l’histoire d’un bonehead (basiquement skinhead de droite), de sa vie de skin et de comment il essaye finalement d’en sortir, le tout sur une durée de 30 ans. A côté de lui, on suit aussi l’évolution de deux de ses camarades.

Côté scénario, c’est assez solide et cela donne une belle illustration de l’évolution de l’extrême droite française jusqu’à la réaction à la légalisation du mariage homosexuel. On voit bien les différentes périodes et groupes impliqués (bonehead vs redskins/punks/sos racisme, rapprochement d’une extrême droite moins populaire, coupe du monde 1998, affrontement Mégret vs Le Pen, soupe au cochon, manif pour tous…). C’est néanmoins dans son scénario que ce film trouve sa principale faiblesse à cause d’un déséquilibre entre sa première partie (Marco en punk) et le reste (la rédemption). Je pense que le réalisateur aurait dû choisir entre vraiment se concentrer sur son personnage en punk et aller à fond là-dedans ou alors l’alléger et renforcer vraiment la partie rédemption qui souffre vraiment de nombreuses ellipses. Il est ici un peu coincé entre ses deux options et c’est finalement dommage.

Côté réalisation, j’avais un peu peur que cela soit bâclé, ou au contraire, un peu trop « artiste ». Et finalement, c’est solide, rien d’original, rien de choquant, il fait le boulot et c’est franchement tout ce qu’on lui demande.

Enfin, le gros point satisfaisant dans ce film, c’est son trio d’acteur (Alban Lenoir, Samuel Jouy et Paul Hamy) qui fait mieux que tenir la route et qui porte vraiment bien le projet. Alban Lenoir, que j’apprécie déjà à la base m’a bluffé ici dans un rôle totalement différent de ce à quoi il m’avait habitué dans Hero Corp. Tout en fureur au début pour un jeu plus nuancé par la suite. Une très bonne surprise.

Bref un film à soutenir qui mérite bien un 4,5/6.

PS : On a beaucoup parlé d’American History X pour ce film mais il est beaucoup plus proche de l’excellent This is England que je ne peux que vous conseiller.

Bon petit film.

JDR : présentation de la LEM (Ligue d’élévation de Montpellier)

La Ligue d’élévation de Montpellier est une toute nouvelle organisation fondée dans cette ville pour essayer d’améliorer les conditions de vie de la population et promouvoir la grandeur de la cité. Les personnages ont tous été invités à faire partie de cette association suite à leurs exploits.

La Ligue d’élévation de Montpellier n’est pas forcément bien vu par tout le monde. Léo Malet nottament a fait plusieurs articles incendiaires à son sujet considérant que c’est un groupe qui s’occupe de son propre bien et de sa vision de Montpellier sans aucun rapport avec la population.

Voici une présentation de quelques membres (les photos ne sont pas d’époques mais doivent donner une idée rapide de ces membres) :

Les fondateurs

César Maignan, enseignant de latin à l’université de la ville et fils d’une grande famille montpelliéraine.. Il est particulièrement investi dans la vie de la faculté et très proche de Lebodi.

1272482-archives-jean-rochefort-01-01-0000-950x0-1

Albert Maignan, son frère plus âgé. Lui est un scientifique spécialisé en mécanique. Après avoir travaillé notamment dans la TSF pendant la guerre puis dans l’automobile (il a, par exempte, conçu une voiture invaincue sur la Targa Florio entre 1920 et 1930), il a fini par prendre sa retraite dans sa ville natale.

doc

Membres notables ou actifs

Léopold Nègre, docteur en médecine et docteur es sciences naturelles, fraîchement revenu dans l’université de sa cité natale après des passages à Alger puis à l’Institut Pasteur de Paris où il a gardé d’excellents contacts. Il est membre mais bien peu actif.

leopold negre

Marc Maldini, docteur en chimie fraîchement recruté par l’université à la demande expresse de Léopold Nègre. Il s’investit beaucoup dans la Ligue d’élévation de Montpellier.

giles

Calendal de Lunel, vieil ariscocrate local complétement désargenté mais avec une très bonne connaissance de l’histoire du Sud-Est de la France. Il intervient beaucoup mais, très vieille France, est totalement à l’ouest.

papa dt

Betsy Guernon. Une ancienne chanteuse américaine qui a épousé un richissime homme d’affaire mort il y a quelques années. Depuis, elle s’investit énormément dans la vie mondaine de la ville et est continuellement en désaccord avec de Lunel.

mad men

Maurice Pouchard, chercheur en ethnologie à l’université. Il prépare une expédition pour le Sahara partant en novembre et cherche encore à recruter pour ce voyage (c’est lui que Pierre a rencontré dans la première aventure). En attendant, il s’investit dans la vie locale.

sean c

Thibaut Paquet, ancien maire de la ville et ancien soldat de la première guerre. Il radote énormément, critiquant sans cesse le maire actuel. Les autres membres de la LEM ont parfois l’impression qu’il tente de transformer la ligue en organe politique mais sa connaissance de la ville est précieuse.

ancien maire

L’ancien commissaire Guerchard, ennemi notoire d’Arsène Lupin qui n’a jamais réussi à l’attraper. Il est venu prendre sa retraite à Montpellier et s’intéresse énormément aux récentes affaires fantastiques, pesuadé que Lupin disposait lui aussi de capacité non-humaines.

roger-carel

Le personnel employé par la LEM :

Ethan Brooks occupe le rôle de gardien des locaux de la LEM. D’origine anglaise, il est très froid et semble masquer une certaine brutalité…

gardien

La LEM dispose de nombreux ouvrages tant sur l’histoire locale que sur les éléments surnaturels. Ainsi que de nombreux autres domaines. Pour s’occuper de ces collections, Maignan a débauché Rosamonde Faubert à la bibliothèque universitaire. Très compétente et efficace, elle est particulièrement amicale avec les personnages.

bibliothecaire

JDR : présentation de la LEM (Ligue d’élévation de Montpellier)